Synthèse de presse
  • Accueil
  • > Dans l’actualité
  • > Synthèse de presse

28 septembre 2016

12h38 | Par Le service de presse de l'INSERM

La pollution de l’air touche 92% de la population mondiale

Le Monde, Les Echos et 20Minutes.fr indiquent que, selon une étude de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), « 92% de la population mondiale vit dans des lieux où les niveaux de qualité de l’air extérieur ne respectent pas les limites fixées, notamment pour les particules fines ». Ces particules « pénètrent au plus profond des poumons et sont nocives pour la santé » explique Isabella Annesi-Maesano, directrice de recherche Inserm, Unité 1136 « Institut Pierre Louis d’épidémiologie et de santé publique ». Ces polluants sont dus principalement aux transports, au chauffage, à l’industrie et à l’agriculture. L’OMS souligne que les niveaux de pollution de l’air sont « particulièrement élevés » en Méditerranée orientale, dans l’Asie du Sud-Est, et dans le Pacifique occidental. 3 millions de décès par an sont liés à la pollution de l’air extérieur.

20Minutes.fr, 27/09, Le Monde, Les Echos, 28/09

L’obésité ne serait pas due à des « gènes économes »

Une étude publiée le 22 septembre dans Cell Metabolism, remet en cause la théorie selon laquelle l’obésité serait liée à des « gènes économes », rapporte Le Monde dans son édition Science & Médecine. John Speakman, de l’université d’Aberdeen (Royaume-Uni), principal auteur de l’étude, a constaté que « contrairement à une hypothèse répandue, l’ADN qui favorise le surpoids n’est pas hérité d’une résistance à la disette », explique le journal. Karine Clément, de l’Institut de cardiométabolisme et de nutrition (Inserm/UPMC) à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris, explique : « On peut repérer les gènes qui ont fait l’objet d’une sélection positive parce que les variations de l’ADN alentour sont moins fréquentes que dans l’ensemble du génome ». Selon l’étude, parmi les 115 gènes connus pour être associés à l’obésité, seuls 9 ont présenté des signes de sélection positive.

Le Monde, édition Science & Médecine, 28/09

En Bref

La-croix.com et France Inter rendent compte du discours du président de la République, François Hollande, au Louvre en faveur de la science. Rappelant les créations après-guerre du CNRS, de l’Inserm ou du CEA, il a souligné le rôle des scientifiques « dans le redressement du pays ». « La France est une nation scientifique », s’est-il félicité, tout en s’inquiétant du manque de « vocations » scientifiques et d’une « relève à assurer ». Il s’exprimait à l’occasion de la célébration des 350 ans de l’Académie des sciences, et de la journée mondiale des sciences.

La-croix.com, France Inter, 27/09

Legeneraliste.fr souligne que Fatima Mechtra-Grigoriou, directrice de recherche Inserm, et son équipe au sein de l’Unité 830 « Unité de génétique et biologie des cancers », ont découvert un marqueur de sensibilité à la chimiothérapie pour les cancers du sein triples négatifs. La chercheuse explique : « La baisse de la protéine H2AX sous chimiothérapie apparaît comme un indicateur de l’efficacité du traitement et de la survie chez les patientes atteintes d’un cancer du sein triple négatif ».

Legeneraliste.fr, 27/09

Une étude réalisée sous la houlette des Instituts nationaux de la santé américains (NIH) révèle que les nausées ou vomissements lors de la grossesse « seraient bon signe car ils s’accompagnent d’une réduction du risque de fausse couche au cours du premier trimestre de grossesse », explique Le Figaro. Selon le Dr Stefanie Hinkle et ses collègues des universités de l’Utah (Etats-Unis) et de Haïfa (Israël), avoir des nausées ou des vomissements au premier trimestre de gestation réduit de 55% (en cas de nausées) et 81% (vomissements) le risque de fausse couche.

Le Figaro, 28/09

Rechercher
dans les Synthèses de presse


Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.




fermer
fermer
RSS Youtube