Press releases

(Français) Cancers de la thyroïde suite aux essais nucléaires en Polynésie Française

Press release | 21 Sep 2010 - 10h05 | By INSERM PRESS OFFICE
Public health

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Une étude menée par l’équipe de Florent de Vathaire (Directeur de Recherche Inserm – Université Paris-Sud 11 à l’Institut Gustave Roussy) s’est intéressée à la relation entre la fréquence des cancers de la thyroïde en Polynésie Française et les essais nucléaires atmosphériques menés par la France. L’étude conclut que le risque de cancer de la thyroïde semble légèrement augmenté avec la dose d’irradiation reçue suite aux essais nucléaires. Cette étude(1) est publiée sur le site Internet de la revue British Journal of Cancer.

Entre 1966 et 1974, la France a réalisé 41 essais nucléaires atmosphériques en Polynésie. Leurs effets potentiels sur la santé de la population en Polynésie n’avaient fait l’objet d’aucune étude épidémiologique.

Cette étude cas-témoins a comparé l’exposition aux rayonnements des 229 Polynésiens ayant eu un diagnostic de cancer de la thyroïde différencié entre 1981 et 2003, à celle de 373 individus “témoins” n’ayant pas développé de cancer de la thyroïde dans cette même population. L’exposition aux rayonnements a été estimée en utilisant des données météorologiques, les mesures officielles réalisées après les essais nucléaires et communiquées par la France aux Nations Unies, l’âge au moment de chaque essai, les informations sur les lieux de résidence et les habitudes alimentaires. Ces expositions ont été estimées en collaboration avec des chercheurs du National Cancer Institute de Bethesda, et ont déjà été publiées (Drozdovich V, Health Physics, 2008).

La dose moyenne de radiations à la thyroïde chez les individus de moins de 15 ans était d’environ 1,8 mGy. Cinq pourcent des 229 individus ayant développé un cancer et 3 % des individus du groupe “contrôle” avaient reçu une dose de 10 mGy.

En dépit de ce faible niveau de dose, et après ajustement des données pour le niveau d’éducation, la surface corporelle, les antécédents familiaux de cancer de la thyroïde et le nombre de grossesses pour les femmes, les chercheurs ont observé un risque accru de cancer de la thyroïde avec l’augmentation de dose reçue à la thyroïde avant l’âge de 15 ans. Cette augmentation de risque par unité de dose de rayonnement à la thyroïde était plus élevée chez les femmes qui, plus tard, ont eu au moins quatre grossesses que chez les autres femmes. Au total, une dizaine de cancers de la thyroïde diagnostiqués avant 2003 sur les 229 cas étudiés est attribuable aux retombées des essais nucléaires et une autre dizaine de cas pourrait apparaître dans le futur.

Ces résultats sont cohérents avec ceux publiés il y a 5 ans par le Pr Claude Parmentier de l’Institut Gustave Roussy, qui montrent que la fréquence des chromosomes dicentriques est environ 3 fois plus importante chez les patients polynésiens atteints d’un cancer de la thyroïde et traités à l’IGR que chez les patients de caractéristiques identiques mais de France métropolitaine. Or ces chromosomes dicentriques sont principalement causés par l’exposition aux rayonnements ionisants (Violot D, European Journal of Nuclear Medicine and Molecular Imaging 2005).

Cette étude a aussi permis de mettre en évidence les facteurs expliquant l’incidence très élevée des cancers de la thyroïde en Polynésie Française, en particulier l’obésité, qui explique plus de la moitié de ces cancers (Brindel P, American Journal of Epidemiology, 2007).

“L’estimation du risque attribuable aux essais nucléaire est faible, mais elle est basée sur des données limitées concernant l’exposition”, expliquent les auteurs, pour lesquels, l’accès à l’ensemble des données d’expositions aux radiations, améliorerait considérablement la fiabilité de l’estimation du risque.

TO CITE THIS POST :
Press release – Inserm press room (Français) Cancers de la thyroïde suite aux essais nucléaires en Polynésie Française Link : http://presse.inserm.fr/en/francais-cancers-de-la-thyroide-suite-aux-essais-nucleaires-en-polynesie-francaise/14797/
Medias
Researcher Contact

Florent de Vathaire
Tél. : 01 42 11 54 57

Sources

“Thyroid cancer following nuclear tests in French Polynesia”

F de Vathaire*,1,2,3, V Drozdovitch4,5, P Brindel1,2,3, F Rachedi6, J-L Boissin7, J Sebbag7, L Shan7,

F Bost-Bezeaud6, P Petitdidier8, J Paoaafaite9, J Teuri9, J Iltis9, A Bouville5, E Cardis4, C Hill2 and F Doyon1,2,3

(1) Radiation Epidemiology Group, U1018 INSERM, Institut Gustave Roussy, 39 rue Camille Desmoulins, Inserm, Villejuif F-94800, France
(2) Institut Gustave Roussy, Villejuif F-94800, France
(3) Université Paris XI, Villejuif F-94800, France
(4) International Agency for Research on Cancer, Lyon F-69008, France
(5) DHHS/NIH/NCI/Division of Cancer Epidemiology and Genetics, MD 20892, USA
(6)Centre Hospitalier Territorial Mamao, Tahiti, French Polynesia
(7) Endocrinologist, Tahiti, French Polynesia; 8Laboratoire Boz, Tahiti, French Polynesia; 9Institut de Recherche pour le Développement, Tahiti, French Polynesia

British journal of cancer, (2010) 1-7

fermer
fermer
RSS Youtube