Press review

16 June 2016

12h57 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Des ultrasons contre les tumeurs du cerveau

L’AFP, Le Parisien, France Inter et Les Echos rendent compte d’une méthode novatrice qui permet, grâce aux ultrasons, de mieux diffuser les médicaments de chimiothérapie dans le cerveau, selon une étude préliminaire menée par des médecins et chercheurs français. Le Pr Alexandre Carpentier, neurochirurgien à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris, AP-HP), qui a coordonné l’étude, souligne que la méthode a été employée sans dommage à 20 patients souffrant de cancers du cerveau récidivant (glioblastome). Cette méthode « non toxique, pour la première fois appliquée à l’humain, ouvre des perspectives non seulement pour des cancers du cerveau, mais également pour des pathologies neuro-dégénératives comme la maladie d’Alzheimer », souligne-t-il, précisant qu’il reste encore quelques années de travail d’évaluation avant de pouvoir la diffuser.

AFP, 15/06, Le Parisien, France Inter, Les Echos, 16/06

Perturbateurs endocriniens : la réglementation en question

La Commission européenne a proposé, le 15 juin, d’établir des critères permettant de définir, dans l’Union européenne, un « perturbateur endocrinien », rapportent Les Echos et Lacroix.com. Vytenis Andriukaitis, le commissaire chargé de la Santé, indique que « tout est basé sur la science ». Il souligne le fait que la définition proposée découle des travaux de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Cependant, constatent Les Echos, « la définition de ces substances ne convainc ni les ONG ni les industriels ». Rémy Slama, épidémiologiste à l’Inserm et président du comité scientifique du Programme national de recherche sur les perturbateurs endocriniens, explique à La-croix.com les dangers des perturbateurs endocriniens.

La-croix.com, 15/06, Les Echos, 16/06

 

En Bref

Une première étude de grande ampleur réalisée sur la téléphonie mobile par le Programme national de toxicologie (NTP) des Etats-Unis sur des rats et des souris renforce les soupçons sur les effets néfastes pour la santé des radiofréquences, souligne L’Humanité Dimanche. Ce dernier rapporte : « L’étude constate en effet une légère augmentation des tumeurs malignes du cerveau (gliomes) et des schwannomes du cœur, ces tumeurs malignes des cellules nerveuses dites de Schwann, présentes dans l’ensemble des nerfs périphériques, coeur compris ».

L’Humanité Dimanche se penche sur l’odorologie, une science qui s’intéresse aux odeurs dans la santé. Le journal explique que « des chercheurs planchent sur l’élaboration d’un nez bioélectronique ».

L’Humanité Dimanche, 16/06

Search
in the press reviews


Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.




fermer
fermer
RSS Youtube