Press review

15 September 2017

12h19 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

AVC : réduction du risque de récidive grâce à une petite chirurgie sur le cœur

Une équipe française dirigée par Jean-Louis Mas, chef du service de neurologie de l’hôpital Saint-Anne, a montré qu’une petite opération chirurgicale sur le cœur pour corriger une malformation cardiaque fréquente, permettait de réduire significativement le risque de récidive d’accident vasculaire cérébral (AVC), rapporte Pourquoidocteur.fr. Jean-Louis Mas et son équipe de l’Inserm, de l’université Paris Descartes et de l’AP-HP, ont mené un essai clinique, sur 10 ans, dont ils publient les résultats dans la revue New England Journal of Medicine. Ces derniers tendent à montrer que cette anomalie, le foramen ovale perméable, favorise la survenue d’AVC.

Pourquoidocteur.fr, 14/09

Reprise du communiqué du 14/09 : « Infarctus cérébraux : la fermeture du foramen ovale pour prévenir la récidive »

Les 50 ans de la Fondation Mérieux

La Fondation Mérieux, qui lutte contre les maladies infectieuses, fête ses 50 ans d’existence, ce jeudi et vendredi, souligne La Tribune. Le quotidien indique : « Quelque 170 personnalités, de nombreuses nationalités, assisteront aux tables rondes consacrées à cette cause, au centre des Pensières, propriété de la famille, sur les bords du lac d’Annecy ». Le journal rappelle notamment que « c’est le Dr Charles Mérieux qui prendra l’initiative de construire le laboratoire P4 Inserm Jean Mérieux mis en service en 1999 dans le biopôle lyonnais de Gerland ». Et d’ajouter : « Cette unité de haute sécurité unique en France, et dédiée à la recherche des virus les plus virulents (…), est placée sous la responsabilité de l’Inserm depuis 2005 ».

La Tribune, 15/09

En Bref

« Le Magazine de la Santé », diffusé hier sur France 5, s’est intéressé à une thérapie innovante face à l’incontinence anale. A Rouen, des chercheurs de l’Inserm et du CHU ont testé avec succès une thérapie cellulaire. Ils mènent un essai clinique novateur. Olivier Boyer, immunologiste Inserm Rouen, explique l’utilisation des cellules souches du patient. France 5, 14/09

Reprise du communiqué « Incontinence anale : une nouvelle thérapie pour une maladie taboue » du 30/05/2017

Des chercheurs de la Erasmus University à Rotterdam mettent en garde les enfants asthmatiques de l’utilisation à tort d’antibiotiques. Leurs travaux montrent en effet que les enfants souffrant d’asthme sont plus susceptibles de s’en voir prescrire, même s’il n’y a aucune preuve qu’ils en ont plus besoin que les enfants sans asthme. « L’utilisation inappropriée d’antibiotiques peut être mauvaise pour les patients et pour l’ensemble de la population, et rend plus difficile le contrôle de la propagation des infections non traitées », explique Esmé Baan, principal auteur de l’étude. Ce travail comprenait 1,5 million d’enfants au Royaume-Uni, dont environ 150 000 avec de l’asthme, et 375 000 autres des Pays-Bas, dont environ 30 000 avec de l’asthme.

Parents.fr, 14/09

L’ONG Générations futures révèle la présence de résidus du glyphosate, un herbicide classé « cancérogène probable » dans des céréales pour petit déjeuner, des pâtes ou même des lentilles, rapporte Libération. L’association de défense de l’environnement a analysé 30 échantillons de produits alimentaires, 18 à base de céréales et 12 de légumineuses sèches, achetés en supermarché. Ces analyses ont permis de découvrir que seize échantillons contiennent du glyphosate, soit plus de la moitié : sept céréales pour petit déjeuner sur huit, sept légumineuses sur douze et deux pâtes alimentaires sur sept.

Libération, 15/09

Les enfants ont perdu près de vingt minutes de sommeil en quinze ans, révèle un rapport réalisé par René Clarisse, Nadine Le Floch et Christine Maintier, trois chercheurs des universités de Tours et Orléans missionnés en 2016 par le ministère de l’Education nationale pour évaluer les effets des nouveaux rythmes scolaires. Les chercheurs ont passé en revue les rythmes de 778 enfants, de 5 à 10 ans, issus d’un échantillon représentatif d’écoles. Les résultats montrent qu’en quinze ans, les élèves de grande section de maternelle et de CP, âgés de 5 et 6 ans, ont perdu en moyenne « 15 à 20 minutes de sommeil par nuit ».

Le Parisien, 15/09

Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.





fermer
fermer
RSS Youtube