Press review

18 August 2017

12h33 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

L’asthme et la BPCO ont causé 3,6 millions de décès dans le monde

Selon un décompte publié jeudi dans la revue The Lancet Respiratory Medicine, l’asthme et la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), deux maladies respiratoires, ont tué 3,6 millions de personnes dans le monde en 2015. L’étude, menée par Theo Vos, de l’Institut de mesure et évaluation de la santé à l’Université de Washington, a consisté à analyser des données de 188 pays pour estimer le nombre de cas et de décès de 1990 à 2015. Ainsi, il apparait que le nombre total de décès dus à la BPCO a augmenté de près de 12%, en raison de la croissance et du vieillissement de la population, explique Lefigaro.fr. Dans un communiqué, Theo Vos a déploré que « ces maladies ont reçu moins d’attention que d’autres maladies non transmissibles majeures comme les maladies cardiovasculaires, le cancer ou le diabète ».

Lefigaro.fr, 17/08

Le danger des médecines alternatives en cas de cancer

Le Figaro revient sur les médecines alternatives comme la sophrologie, la méditation ou le qi gong, employées dans le cadre d’un cancer. Le quotidien explique que, d’après une étude de l’université de Yale, publiée dans le Journal of the National Cancer Institute, refuser le traitement conventionnel contre le cancer quintuplerait le risque de mourir d’un cancer du sein, quadruplerait le risque de décès pour le cancer colorectal et doublerait le danger de mort pour un cancer du poumon. Catherine Hill, une épidémiologiste de l’Inserm, commente : “cette étude très bien faite et très astucieuse confirme que si vous avez un cancer non métastasé, il vaut mieux aller se faire soigner chez des professionnels qui font des choses validées

Le Figaro, 18/08

En Bref

 

Dans le dossier du magazine Science&Santé n°32 (Inserm), le neuroscientifique Serge Ahmed explique les comportements addictifs vis-à-vis de la nourriture. Selon lui, « en transposant les critères généraux d’addiction à l’alimentation, 5 à 10% de la population de poids normal présente des comportements addictifs vis-à-vis de la nourriture. Cette proportion augmente avec l’indice de masse corporelle pour atteindre 40% chez les obèses ».

Lefigaro.fr, 17/08

Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.





fermer
fermer
RSS Youtube