Press review

02 February 2018

12h00 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Cancer : publication du rapport national pour l’année 2017

France Dimanche souligne que, selon le rapport publié début janvier conjointement par l’agence Santé publique France, le réseau Francim, l’Inserm, l’Institut national du cancer (Inca) et les Hospices civils de Lyon, le nombre de nouveaux cas de cancer diagnostiqués en France en 2017 est estimé à 400 000. La mortalité, elle, a légèrement diminué avec 150 000 décès grâce, selon le journal, à « l’amélioration du dépistage et de la prévention Et côté traitements, l’arrivée de l’immunothérapie ». L’hebdomadaire rappelle que la Journée mondiale contre le cancer aura lieu le 4 février et fait le point à  cette occasion sur les « avancées thérapeutiques majeures » dans ce domaine.

France Dimanche, 02/02

En Bref

Sciencesetavenir.fr annonce que des chercheurs de l’Inserm viennent de montrer qu’il est possible de réduire des douleurs inflammatoires intestinales chez des souris en les vaccinant. Cette stratégie pré-active des lymphocytes T en leur permettant d’acquérir la capacité à produire des opioïdes et en les attirant ensuite sur le site douloureux. L’équipe de recherche de Gilles Dietrich a provoqué une inflammation intestinale sévère chez des souris. Elle a constaté que l’arrivée de lymphocytes T activés par les microbes intestinaux sur le site lésé concorde avec une diminution de la douleur. Le site explique que l’équipe a alors mis au point une stratégie vaccinale, permettant d’accélérer l’arrivée de lymphocytes T pré-activés, qui pourrait être utilisée comme solution antalgique dans certains cas bien spécifiques (pour certains types de chirurgies intestinales par exemple).

Sciencesetavenir.fr, 01/02

Pourquoidocteur.fr rappelle des résultats de l’enquête nationale périnatale 2016 réalisée par l’Inserm et la DREES, qui révèle un risque plus élevé pour les femmes de plus de 40 ans d’avoir un enfant prématuré. Ce risque est au plus bas entre 30 et 34 ans.

Pourquoidocteur.fr, 02/02

Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.





fermer
fermer
RSS Youtube