Press review

06 November 2015

12h39 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Le mouvement Alcooliques anonymes fête ses 55 ans

La Croix souligne que le mouvement des Alcooliques anonymes (AA) fête ce week-end ses 55 ans d’existence en France, organisant pour l’occasion un congrès à Paris. Né aux Etats-Unis en 1935 et arrivé en France en 1960, ce mouvement d’anciens buveurs rassemble aujourd’hui plus de 2 millions de personnes dans le monde, réparties en 116 000 groupes. Il joue un rôle crucial dans la prise en charge des personnes alcoolo-dépendantes. Le Pr Mickaël Naassila, directeur d’un groupe Inserm sur l’alcool et la pharmaco-dépendance à l’Université de Picardie, explique : « Qui mieux qu’un ancien buveur peut provoquer ce déclic [pour arrêter de boire], souvent si important ? »

La Croix, 06/11

Le staphylocoque doré, un voleur de fer

Le Parisien Magazine rappelle que trois équipes françaises de l’Inserm et une équipe américaine de la New York University School of Medicine ont compris que le staphylocoque doré capte le fer des globules rouges grâce à deux toxines (LukED et HlgAB) qui les détruisent. « Cette découverte ouvre une nouvelle piste de recherche » indique le journal. Il souligne que « Le chemin est dès lors tracé: il faut bloquer LukED et HlgAB ».

Retrouvez l’article « Le staphylocoque doré, un voleur de fer » sur le site Inserm.fr.

Le Parisien Magazine, 06/11

En Bref

La Sierra Leone devrait être déclarée samedi exempte du virus Ebola, souligne Le Figaro. Cela fait en effet 42 jours que le pays n’a pas connu de nouvelle contamination. La prudence demeure cependant. Si le Liberia n’est officiellement plus concerné par Ebola depuis le 3 septembre, la Guinée recense encore de nouveaux cas.

Le Figaro, 06/11

Le Parisien Magazine explique qu’une équipe du Brain and Mind Centre, à Sydney (Australie), a montré l’efficacité d’un spray nasal d’ocytocine, une hormone dont le déficit expliquerait en partie les troubles comportementaux des autistes. Selon les résultats de travaux publiés dans la revue Molecular Psychiatry, auprès de 31 enfants autistes âgés de 3 à 8 ans, le spray a permis une amélioration des aptitudes sociales et de la communication de ces enfants.

Le Parisien Magazine, 06/11

Search
in the press reviews


Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.




fermer
fermer
RSS Youtube