Press review

22 June 2017

12h53 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Une nouvelle technique d’imagerie pour la sclérose en plaque

Le Quotidien du Médecin s’intéresse à une étude utilisant une nouvelle technique d’imagerie développée par l’Inserm et le CEA qui suggère que la capacité spontanée de rémyélinisation joue un rôle central sur le pronostic de la sclérose en plaque. Un résultat qui selon le journal « ouvre de nouvelles perspectives d’un point de vue clinique, physiopathologique et thérapeutique ». Dirigée par le professeur Bruno Stankoff , l’équipe de recherche a utilisé pour la première fois le traceur Pittsburgh compound B (PiB) marqué au carbone 11 pour la SEP, alors qu’il était jusqu’à présent réservé à l’étude des plaques amyloïdes dans la substance grise. Une première étude pilote a été réalisée sur 20 patients atteints de SEP rémittente active, mais aussi sur des témoins sains. L’étude a révélé que « la capacité de rémyélinisation pèse sur le pronostic. L’index de rémyélinisation pourrait donc être très utile à l’avenir pour affiner le pronostic et mieux stratifier les patients dans les études ». Selon le Dr Benedetta Bodini (CHU-La Pitié-Salpêtrière, Paris), « À l’heure ou se développent de multiples thérapeutiques remyélinisantes, cet outil va permettre d’évaluer précocement l’efficacité des traitements et rechercher si leur activité varie en fonction de la capacité de rémyélinisation spontanée ». Le Quotidien du Médecin, 22/06

Un lien entre le fait d’être gaucher et avoir des capacités en mathématiques

La Tribune évoque une étude publiée le 9 juin par la revue Frontiers in Psychology et menée par le Professeur, Fernand Gobet et le doctorant, Giovanni Sala de l’université de Liverpool. Elle révèle que les gauchers, qui représentent environ 15% de la population mondiale, auraient des caractéristiques physiologiques qui expliqueraient des capacités mathématiques supérieures à la normale. Cette étude a permis d’observer que l’hémisphère droit, spécialisé dans la représentation mentale que l’on peut se faire des objets mais aussi dans la façon dont on conçoit l’espace, est un peu plus développé chez les personnes écrivant de la main gauche. Par ailleurs, l’étude a mis en avant que le nerf qui relie les deux hémisphères du cerveau serait plus développé chez les gauchers. Ces derniers bénéficient donc d’une communication plus rapide des informations dans les deux hémisphères du cerveau. Le quotidien souligne toutefois que ces conclusions sont à prendre avec précaution dans la mesure où l’étude mentionne que des données similaires peuvent être observées chez les droitiers. La Tribune, 22/06

En Bref

PourLaScience.com précise que l’équipe de Sélim Aractingi, de la faculté de médecine Paris-Descartes et du centre de recherche Saint-Antoine (Inserm UMRS 938), à Paris, a mis en évidence le signal qui réveille les cellules fœtales qui durant la grossesse passent dans le corps de la mère pour s’installer dans sa moelle osseuse. Lors d’une blessure cutanée ces cellules se raniment et viennent renforcer celles habituellement mobilisées. Après une blessure, les cellules endothéliales et les macrophages (des cellules immunitaires) sécrètent la protéine Ccl2, qui déclenche un signal permettant le recrutement des cellules fœtales. PourLaScience.com, 21/06
Selon Science-et-Vie.com, une étude menée par Nicolas Todd, Alain-Jacques Valleron et Pierre Bougnères (Inserm/hôpital Bicêtre) sur les personnes ayant perdu leur père durant la première guerre mondiale révèle que le stress prénatal a des répercutions sur la longévité. Ainsi les enfants qui sont devenus orphelins alors que leur mère était enceinte ont vu leur durée de vie diminuer de 2,4 ans par rapport à celle d’enfants non orphelins ou orphelins post-nataux. Science-et-Vie.com, 21/06
Le Point présente l’expérimentation menée dans une école publique de Francheville dans la banlieue de Lyon sur le programme « Attentif à l’école », développé par Jean-Philippe Lachaux, directeur de recherche à l’Inserm. L’objectif est d’inculquer aux élèves ce qu’est l’attention et comment la fixer. « Le programme repose sur des fiches clés en main qui sont le fruit de rencontres avec les enseignants. L’idée est simple : dans un premier temps, on explique aux enfants les grandes forces qui, dans leur cerveau, agissent pour distraire leur attention ou au contraire les aider à se concentrer. Il s’agit de développer leur capacité de “métacognition”, c’est-à-dire leur capacité à identifier et comprendre leurs propres processus mentaux », précise M. Lachaux. Le Point, 22/06

Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.





fermer
fermer
RSS Youtube