Press review

19 July 2016

12h41 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Le traumatisme des attentats affecte également la santé physique

Carole Damiani, docteur en psychologie clinique et spécialiste de l’aide aux victimes, chargée de mission à l’Inavem (fédération nationale d’aide aux victimes et de médiation), souligne, quatre jours après l’attentat de Nice, « quand le psychisme est atteint, il y a des conséquences très souvent physiques » rapporte l’AFP. Selon des spécialistes, « après avoir traversé une épreuve telle qu’un attentat, un traumatisme psychologique peut entraîner des risques accrus d’AVC, des maladies cardiovasculaires ou des troubles alimentaires ». Isabelle Chaudieu, chargée de recherche au sein de l’Unité Inserm 1061, indique en outre qu’ « un stress chronique provoque un dysfonctionnement des systèmes de régulation du stress susceptible d’entraîner diverses anomalies : cardiovasculaires, inflammatoires, métaboliques, etc ».

AFP via France24.com, 18/07

Un vaccin expérimental mis au point contre le paludisme

Franceinfo.fr rapporte que des chercheurs de l’Institut Pasteur, du CNRS et de l’Inserm ont mis au point expérimentalement un vaccin vivant génétiquement atténué contre le paludisme. Les chercheurs ont modifié génétiquement les souches du parasite Plasmodium et ont éteint un gène qui code sur une protéine. Grâce à ce vaccin, des souris « ont développé une réponse immunitaire » et « n’ont pas été malades même face à des souches très virulentes », explique Franceinfo.fr. Et d’ajouter que « cette protection s’est poursuivie un an après la vaccination ».

Lire le communiqué « Paludisme : une réponse immunitaire efficace et durable grâce à un parasite muté ».

Franceinfo.fr, 18/07

En Bref

Le mensuel Notre Temps a rencontré Patrizia Paterlini-Bréchot, « l’oncologue qui court plus vite que le cancer ». Le mensuel explique que « grâce à son test Iset capable de repérer les signes avant-coureurs de la maladie dans une simple prise de sang, Patrizia Paterlini-Bréchot est en passe de réussir son incroyable défi ». Neuf de ces appareils sont en service en France, 29 dans le monde à la disposition des chercheurs.

Notre Temps, 01/08

Search
in the press reviews


Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.




fermer
fermer
RSS Youtube