Press review

18 February 2014

12h14 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Dépenses de santé : une hausse historiquement faible

Le quotidien Les Echos s’intéresse aux dépenses de santé « dans la ligne de mire de l’exécutif ». L’objectif de progression pour 2015, 2016 et 2017, est fixé à 2% maximum par an. Ce qui rend nécessaire un plan d’économie annuel de plus de 3 milliards d’euros par rapport à la croissance spontanée des dépenses, soit 700 millions d’euros de plus que ce qui est programmé actuellement. D’après le journal, trois chantiers, déjà exploités, seront privilégiés : la restructuration des hôpitaux, la baisse du prix des médicaments et la progression des génériques. La ministre de la Santé a par ailleurs promis de ne pas réduire les remboursements des assurés.

Les Echos, 18/02

Quelle place pour les malades mentaux en milieu carcéral ?

Le Figaro présente deux rapports sur la situation des détenus atteints de maladies mentales. La première étude, du groupe de travail santé-justice, révèle que de 20% à 30% des détenus souffrent de troubles psychotiques. Le rapport annuel émanant de la Cour des comptes dénonce « une prévalence très forte des maladies psychiatriques et infectieuses » en prison. Qu’il s’agisse de détenus déjà malades en arrivant en prison ou de personnes affectées par des troubles psychiatriques nés de la détention, « dans les deux cas, le problème est que ces personnes vont sortir au bout de leur peine sans être soignées et dans un très sale état », prévient Cyrille Canetti, vice-président de l’Association des secteurs de psychiatrie en milieu pénitentiaire. Aujourd’hui, les suspensions de peine pour raisons médicales ne sont appliquées qu’en cas de maladie somatique grave. Un rapport en cours d’arbitrage préconise d’étendre ces suspensions aux maladies mentales.

Le Figaro, 18/02

En Bref

Selon une étude britannique sur des enfants atteints de dyslexie, « l’utilisation de jeux vidéo pourrait être utile à leur rééducation », en améliorant leur capacité d’attention, rapporte Le Figaro. Cette étude, publiée dans la revue Current Biology, suggère que chez certains sujets l’association entre lettres et sons est perturbée par une asymétrie de traitement des stimuli par le cerveau. De tels jeux obligeraient alors le cerveau à traiter des informations auditives et visuelles aléatoires. Sylviane Valdois, directrice de recherche au CNRS au laboratoire de psychologie et neurocognition, a montré que certains dyslexiques présentaient en effet, « en plus d’un trouble phonologique, des ressources attentionnelles visuelles limitées ».

Le Figaro, 18/02

L’Union française pour une médecine libre (UFML) organise aujourd’hui une journée de sensibilisation au burn-out dont sont victimes les professions de santé. Le quotidien 20 minutes précise que « toutes les études concordent : 40% des professionnels de santé sont sujets au burn-out à un moment de leur carrière et 14% des décès dans cette population seraient dus à des suicides ». Les plus touchés par cet épuisement professionnel sont les anesthésistes, les psychiatres, les généralistes et les ophtalmologues, selon l’UFML. Les réductions d’effectifs dans les hôpitaux, couplées à une augmentation de la charge de travail et des contraintes administratives, seraient à la source de ce phénomène, qui « reste tabou dans la sphère médicale », note le journal.

20 Minutes, 18/02

Metronews Paris s’intéresse au « jeu à boire qui enivre Facebook ». Ce jeu, la Neknomination (contraction anglaise de « cul sec» et de « nominer »), consiste à s’alcooliser face à la caméra avant de provoquer ses amis, encouragés à boire plus et plus vite que le lanceur du défi. En France, 25 000 jeunes adolescents indiquent avoir déjà « liké » (aimé) la page française faisant référence à ce jeu, qui a fait une cinquième victime en un mois au Royaume-Uni.

Metronews Paris, 18/02

Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.





fermer
fermer
RSS Youtube