Communiqués et dossiers de presse

Hépatite alcoolique sévère: une combinaison de deux traitements efficace

Communiqué | 10 nov. 2011 - 11h57 | Par INSERM (Salle de presse)
Neurosciences, sciences cognitives, neurologie, psychiatrie

Une étude multicentrique française coordonnée par le service d’Hépato-Gastroentérologie du CHU d’Amiens et l’équipe de recherche Inserm 24 « Alcoolisation précoce et vulnérabilité à la dépendance » (Université de Picardie), démontre l’efficacité d’un traitement associant un anti-oxydant et un anti-inflammatoire, chez 174 patients atteints d’hépatite alcoolique sévère. Leurs travaux sont publiés dans la revue The New England Journal of Medicine datée du 10 novembre 2011.

L’hépatite alcoolique aiguë sévère est une des formes les plus graves de la maladie alcoolique du foie, touchant des personnes ayant une consommation excessive et chronique d’alcool, généralement supérieure à 50 grammes d’alcool par jour (5 verres) pendant plus de 3 à 6 mois. La maladie est caractérisée par une défaillance du foie (une insuffisance hépatique) et une jaunisse intense (ictère), pouvant conduire à un coma par défaillance du foie (une encéphalopathie hépatique), puis de 40 à 45% de décès dans les 6 premiers mois. Le traitement de référence associe l’arrêt de la consommation d’alcool (abstinence alcoolique) et de la cortisone (corticothérapie de 1 mois), en raison du caractère très inflammatoire de la maladie. Malgré ce traitement, 30 à 35 % des malades ayant une hépatite alcoolique aiguë sévère meurent encore au terme d’un suivi de 6 mois, car le traitement par la cortisone reste insuffisant.

Le but de l’étude coordonnée par le Professeur Nguyen-Khac (CHU Amiens et Equipe de recherche Inserm) a été d’associer un traitement anti oxydant avec le traitement anti inflammatoire classique, compte tenu du déficit fréquent en capacité anti-oxydante du foie alcoolique déjà documenté, associé à l’inflammation. Les résultats montrent une amélioration de la survie des patients souffrant d’une hépatite alcoolique aiguë sévère et ayant reçu les 2 médicaments, avec significativement moins de décès à 1 mois de traitement par rapport au groupe ayant reçu la cortisone seule. La tolérance du traitement était bonne. Le nouveau médicament (N-acétylcystéine) est une très ancienne molécule, utilisée dans les hépatites dues à certains médicaments tels que le paracétamol, ou comme mucolytique pour fluidifier les sécrétions bronchiques, avec un coût très faible.

Ces résultats améliorent le pronostic vital de l’hépatite alcoolique aiguë sévère.

POUR CITER CET ARTICLE :
Communiqué – Salle de Presse Inserm Hépatite alcoolique sévère: une combinaison de deux traitements efficace Lien : http://presse.inserm.fr/hepatite-alcoolique-severe-une-combinaison-de-deux-traitements-efficace/13372/
Contacts médias
Contact Chercheur

Eric Nguyen-Khac
Tél. : 03 22 66 79 60
Equipe de recherche Inserm 24,
Groupe de Recherche sur l’Alcool et les Pharmacodépendances (GRAP), Université de Picardie Jules Verne & Service d’Hépato-Gastroentérologie, CHU Amiens

Contact Presse

presse@inserm.fr

Voir les sources

“Glucocorticoids plus N-acetylcysteine in Severe Alcoholic Hepatitis”. 
Nguyen-Khac et coll.
The New England Journal of Medicine 2011 ; 365 10 novembre 2011.

fermer
fermer
RSS Youtube