Synthèse de presse

04 janvier 2018

11h46 | Par INSERM (Salle de presse)

Hausse du cancer du poumon chez la femme

Le Figaro et Mariefrance.fr reviennent sur les projections sur la France métropolitaine publiées conjointement par l’agence Santé publique France, l’Inserm, l’Institut national du cancer (Inca) et les Hospices civils de Lyon le 2 janvier. Ce rapport, qui estime à 400 000 le nombre de nouveaux cas des différents cancers en 2017, constate que le cancer féminin du poumon est en hausse. Florence de Maria, épidémiologiste et coordinatrice du programme de surveillance des cancers en population générale à Santé publique France, indique qu’avec plus de 10 000 décès survenus en 2017, « le cancer du poumon est en train de devenir la première cause de décès par cancer chez la femme ». Catherine Hill, épidémiologiste à l’Inserm, explique : « Les femmes se sont mises à fumer sérieusement à la fin des années 60, et cette génération a été suivie par des générations qui fumaient autant sinon plus (…) ».

Mariefrance.fr, 03/01, Le Figaro, 04/01

L’Unicef s’engage pour « que tous les bébés nés en 2018 voit 2100 »

Selon les estimations de l’Unicef, 2 081 enfants ont vu le jour, en France, le 1er janvier 2018, soit 0,53% des 385 793 nourrissons nés dans le monde pendant ces 24 heures, indique Journaldesfemmes.com. Mais, parmi ces nouveaux-nés, « certains n’ont malheureusement pas survécu à leur premier jour de vie », indique l’Unicef avant de rappeler qu’en 2016, 2 600 bébés sont morts, chaque jour, dans les 24 heures suivant leur naissance et environ deux millions de nourrissons n’ont pas survécu à leur première semaine de vie. Pourtant, « 80% d’entre eux sont décédés de causes qui auraient pu être évitées ou traitées comme la prématurité, les complications lors de l’accouchement ou encore les infections comme la septicémie ou la pneumonie », déplore le Fond des Nations unies. A travers une campagne mondiale qui débutera début février, l’Unicef souhaite sensibiliser les pays du monde entier, et s’engage à améliorer la survie infantile en apportant « des solutions de santé abordables et de qualité pour chaque mère et chaque nouveau-né ». 

Journaldesfemmes.com, 03/01

En Bref

 

Santé Magazine rappelle une étude de l’Inserm basée sur le suivi de plus de 64 000 femmes entre 1993 et 2008 qui montre qu’une alimentation riche en antioxydants réduit le risque de diabète de type 2. Celles qui avaient les apports les plus élevés en antioxydants réduisaient leur risque de 27% de développer un diabète de type 2, indique le journal. Guy Fagherazzi, l’un des auteurs de l’étude, souligne : « Ces femmes ont une alimentation variée avec un apport d’environ 500 g de fruits et légumes par jour, deux à trois tasses de thé ou de café par jour, 20 g de chocolat noir et un verre de vin rouge par jour ».

Santé Magazine, 01/02

Libération rend compte du « succès d’un marché de riches » : les compléments alimentaires. Le quotidien explique que « la demande de gélules pour le bien-être explose en France », surtout chez les classes sociales supérieures qui sont pourtant celles qui en ont le moins besoin. Mathilde Touvier, épidémiologiste nutritionnelle et chercheuse à l’Inserm, souligne : « La consommation française des compléments alimentaires reflète un état d’esprit et une manière de vivre plus fréquemment observée chez les classes sociales supérieures. Il y a chez eux une plus forte prise de conscience de l’action de la nutrition sur le corps et de la possibilité d’agir en prévention afin de prendre en main leur santé ».

Libération, 04/01

Le Point note que des chercheurs de l’université de Nagoya, dont les travaux sont publiés dans Science Advances, ont développé un minuscule dispositif permettant de déceler dans une goutte d’urine les marqueurs de certains cancers, comme celui de la prostate. Il agit en détectant les microbins d’ARN transportés par les vésicules extracellulaires.

Le Point, 04/01

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube