Synthèse de presse

01 octobre 2015

12h03 | Par INSERM (Salle de presse)

Vers un vaccin contre les hépatites B et C

Le Quotidien du Médecin explique que « primé par l’Académie de médecine, le projet Hepatibivax représente une avancée mondiale dans la mise au point d’un vaccin qui cible à la fois les VHB et VHC  [virus des hépatites B et C] ». Philippe Roingeard, coordonnateur des travaux de l’unité Inserm 966 rappelle que « le premier vaccin contre l’hépatite B avait été développé à Tours, à la fin des années 70 » et que les chercheurs poursuivent dans cette voie. Après l’expérimentation de ce vaccin bivalent chez l’animal, les essais sur l’homme vont être menés et, selon lui, les applications industrielles pourraient aller très vite, rapporte le journal. L’équipe est une des unités de Tours qui  pratiquent « la recherche translationnelle » et travaillent sur « des axes d’excellence ».

Le Quotidien du Médecin, 01/10

En Bref

L’Humanité Dimanche se penche sur les bactériophages (ou phages). Ces virus, « délaissés par la science moderne depuis l’avènement des antibiotiques » intéressent de nouveau les scientifiques. La phagothérapie a déjà fait ses preuves dans la prévention des maladies nosocomiales, souligne l’hebdomadaire.

L’Humanité Dimanche, 01/10

La Croix explique que les progrès les plus spectaculaires en santé ont été faits dans la lutte contre le VIH-sida. Daniel Low-Beer, coordonnateur au département VIH-sida de l’Organisation mondiale de la santé souligne : « depuis 2000, près de 8 millions de vies ont pu être sauvées et 30 millions de nouvelles infections évitées. Mais ce combat n’est pas fini ! »

La Croix, 01/10

Philippe Metellus, neurochirurgien à l’hôpital Clairval de Marseille, explique dans Paris Match, la technique de « la chirurgie des tumeurs cérébrale sur patient éveillé ». Cette approche innovante présente l’avantage de diminuer les séquelles neurologiques.

Paris Match, 01/10

Si la thérapie ciblée et l’immunothérapie ont chacune fait leur preuve dans le domaine du traitement du mélanome, la question se pose désormais du choix du traitement, explique Le Quotidien du Médecin. Gilles Freyer, directeur de l’Institut de cancérologie des hospices civils de Lyon, indique : « […] ces traitements sont chers, et il est important de savoir qui sont les 30% de patients qui répondent bien au traitement ».

Le Quotidien du Médecin, 01/10

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube