Synthèse de presse

14 septembre 2017

12h33 | Par INSERM (Salle de presse)

Alerte sur les mélanges de perturbateurs endocriniens pendant la grossesse

Les chercheurs de l’Inserm ont démontré qu’une exposition simultanée à plusieurs perturbateurs endocriniens augmente le risque, chez la femme enceinte, d’affecter le futur appareil génital et reproducteur de l’enfant, rapportent Santemagazine.fr et Doctissimo.fr. Les résultats de leurs travaux ont été publiés dans Environmental Health Perspectives. Selon les chercheurs de l’Inserm, « il existe une fenêtre de sensibilité bien précise au cours du premier trimestre de développement du fœtus pendant laquelle l’exposition simultanée à des doses faibles de plusieurs perturbateurs endocriniens laisse entrevoir un risque pour le futur appareil génital et reproducteur de l’enfant ». Les risques seraient 10 à 1000 fois plus importants face à une exposition simultanée de plusieurs perturbateurs endocriniens qu’en présence d’une seule de ces substances. C’est la première fois que l’existence de ces « effets cocktails » a été mise en évidence pour l’Homme.

Santemagazine.fr, Doctissimo.fr, 13/09

Reprise du communiqué du 13/09 : « Alerte sur les mélanges de perturbateurs endocriniens pendant la grossesse« 

Myopathie myotubulaire : une thérapie en développement

Le site Parents.fr parle de la myopathie myotubulaire dans un article, et met en avant une nouvelle thérapie prometteuse. Cette maladie rare, due à des mutations du gène MTM1 situé sur le chromosome X, peut entraîner le décès des enfants atteints dès la naissance. La stratégie développée par Jocelyn Laporte, chercheuse de l’unité Inserm 964 « Physiopathologie des maladies neuromusculaires », et son équipe, se fonde sur l’utilisation de petites molécules synthétiques qui vont diminuer l’expression de DNM2, une protéine dont la surexpression est associée à la maladie. Injectées avant la survenue des symptômes aux souris myopathes présentant la mutation MTM1, ces molécules permettent de bloquer l’apparition de la maladie et sont également efficaces chez les animaux déjà malades depuis au moins trois semaines. Un essai clinique sur l’homme pourrait démarrer en 2019.

Parents.fr, 13/09

En Bref

Dans le cadre du « Monde Festival », le 23 septembre à l’Opéra Garnier, Le Monde organise une table ronde intitulée « L’homme a-t-il atteint ses limites ? » de 10h à 11h30. Jean-Marie Robine, directeur de recherche à l’Inserm et chercheur associé à l’INED, participera notamment à cet événement. Le quotidien précise que les travaux de ce dernier portent sur les limites et caractéristiques de la longévité humaine. « Coordinateur depuis 1989 du réseau international de recherche sur les espérances de vie, il poursuit actuellement une étude sur les centenaires en France », indique le journal.

Le Monde, 14/09

Une étude réalisée par l’Ecole de médecine de Harvard (Etats-Unis) et parue dans le Journal of the American Medical Association, suggère qu’une prescription limitée dans le temps de traitements hormonaux de la ménopause n’augmente pas le risque de mortalité, rapporte Pourquoidocteur.fr.

Pourquoidocteur.fr, 13/09

Le principal enseignement de la conférence annuelle de l’European Society of Medical Oncology qui s’est achevée, le 12 septembre, à Madrid, est que, dans le traitement du cancer, l’avenir est aux combinaisons de médicaments. Les Echos expliquent qu’« avec l’essor de l’immunothérapie, la combinatoire des traitements s’est considérablement enrichie et les associations sont devenues la règle ».

Les Echos, 14/09

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube