Synthèse de presse

02 août 2012

10h45 | Par INSERM (Salle de presse)

Etude sur les aéroports et la propagation des épidémies

Une équipe du MIT (Massachusetts Institute of Technology, Etats-Unis) a classé l’aéroport de JFK, à New York, comme présentant « le plus de risque de propagation rapide » d’épidémies, explique Le Figaro. Suivent, dans ce classement, les aéroports de « Los Angeles, puis, Honolulu (Hawaï), San Francisco, Newark (New York), Chicago, Washington… » Le système de calcul de l’étude, conçu par le MIT, « prend en compte les trajets individuels [des voyageurs], et le temps d’attente dans les aéroports », explique le journal. Ruben Juanes, professeur au MIT, qui est l’un des auteurs de l’étude, souligne : « Notre étude est la première à se pencher sur la propagation dans l’espace des phases de contagion aux premiers temps d’une épidémie et à proposer un moyen de prédire quels centres conduiront à une propagation plus grande encore ». Selon Antoine Flahault, épidémiologiste à l’Ecole des hautes études en santé publique,« il est important de faire ce type d’études car elles donnent des outils de pilotage aux politiques ».

Le Figaro, 02/08

En Bref

Emmanuelle Béguinot, directrice du Comité national de lutte contre le tabagisme, réagit dans La Croix sur l’intention de la ministre de la Santé, Marisol Touraine, de soutenir l’idée de proposer des paquets de cigarettes « neutres ». Elle souligne : « Cela fait de nombreuses années que nous réclamons la mise en place de ces paquets (…) sans aucune référence publicitaire (couleur, logo) (…) » et souhaite que cette mesure, « contenue dans une directive de l’OMS »« soit transposée dans les législations nationales ». Eric Sensi, directeur des relations institutionnelles d’Imperial Tobacco, estime quant à lui qu’« aucune étude sérieuse n’a démontré qu’une telle mesure serait efficace ».

La Croix, 02/08

Le Dr Jean-François Lemoine se penche dans Le Nouvel Observateur sur la sexualité des adolescents. Selon l’Institut national de Prévention et d’Education pour la Santé (INPES), « en 30 ans, l’âge moyen du premier rapport sexuel n’a pas beaucoup baissé » (17 ans en moyenne pour les garçons et 17 ans et demi pour les filles), explique-t-il. Ce dernier détaille une étude qui révèle notamment que « plus les filles sont surveillées et doivent rendre compte de leur emploi du temps, plus elles démarrent leur vie sexuelle tardivement ». Le Nouvel Observateur, 02/08

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube