Synthèse de presse

02 janvier 2014

11h55 | Par INSERM (Salle de presse)

Pour Hervé Chneiweiss, « le cerveau n’est pas un disque dur »

Le neurobiologiste Hervé Chneiweiss, nommé en 2012 à la tête du comité d’éthique de l’Inserm, répond aux questions du Nouvel Observateur. Il évoque notamment le concept de la « singularité », selon lequel la machine deviendra dans 20 ans plus intelligente que l’homme, et souligne : « Les prophètes de la singularity considèrent notre cerveau comme un disque dur. Mais ce n’est pas parce que l’on sait fabriquer un super-disque dur qu’il comprendra les liens avec autrui, les relations amoureuses, familiales… La performance technologique ne remplacera jamais ce qui fait sens pour l’homme ». Il alerte ensuite sur la fragilité des pépites technologiques françaises dans les biotechnologies et les technologies médicales, susceptibles de se faire racheter par les grands laboratoires, « devenus de simples assembleurs-distributeurs ». Et déplore que les élites françaises « ne connaissent pas grand-chose aux questions scientifiques, encore moins à la biologie ». Répondant à une question sur le séquençage du génome, il souligne que la crainte de dérives eugénistes « s’est jusqu’ici révélée infondée » et estime que « la peur des transgressions éthiques est exagérée », notamment en France. Il juge par ailleurs irréaliste que l’espérance de vie des humains dépasse 100 ans « sur l’ensemble de la planète ».

Le Nouvel Observateur, 02/01

Le HCAAM alerte sur la dérive des dépenses de santé


Selon les dernières projections du Haut Conseil à l’avenir de l’assurance-maladie (HCAAM), rapportées par Le Figaro, « les dépenses de santé devraient augmenter beaucoup plus vite que la croissance jusqu’au milieu du siècle ». Sans mesure correctrice, le déficit de l’assurance-maladie (7,7 milliards d’euros en 2013) pourrait ainsi atteindre 14 milliards en 2020 et 41 milliards en 2040. Le vieillissement de la population, le progrès technique et l’organisation des soins expliquent pour l’essentiel cette situation. Pour le HCAAM, il n’est pourtant pas question d’accroître le trou de la Sécu pour compenser la hausse des dépenses (+3% jusqu’en 2024 anticipé), car cela « conduirait à faire financer par les générations futures les dépenses des soins des malades d’aujourd’hui ». Le Haut Conseil préconise une augmentation des prélèvements sociaux (CSG et cotisations) pour faire face à cette situation, et rappelle que des « gisements d’efficience » existent dans le système de soins.

Le Figaro, 02/01

En Bref

Les premières assises sur le cancer de la prostate ont eu lieu début décembre à Paris, indique Le Point. « La recherche progresse », note l’hebdomadaire, qui rappelle deux priorités : dépister plus tôt l’affection, tout en évitant le surdiagnostic. Un travail coordonné par Cyrille Delpierre (Inserm U1027), publié dans la revue Cancer Epidemiology, révèle en effet que le surtraitement réel concerne entre 9% et 22% des patients pris en charge pour une tumeur cancéreuse précoce. L’étude montre donc que « les radiothérapies ou chirurgies inutiles ne sont pas rares ».

Le Point, 02/01

Valeurs Actuelles s’intéresse à l’École de cuisine de santé, ouverte en septembre par le chef Michel Guérard, où ses collègues sont formés à « concilier diététique et plaisir gustatif ». Dans un encadré, l’hebdomadaire évoque « le rôle imprévu de la biologie » dans les troubles alimentaires. Menée par l’équipe du Pr Serguei Fetissov, chercheur à l’unité Inserm 1073, une étude a ainsi mis en évidence « le dysfonctionnement d’un anticorps bien connu, l’immuno-globuline ». Le Pr Pierre Déchelotte, directeur de cette unité, souligne que cet anticorps, « devenu anormalement protecteur, en prolongeant l’effet de la ghréline, prolonge également la sensation de faim ».

Valeurs Actuelles, 02/01

Pèlerin met le « cap sur l’impression du vivant » et rappelle que l’équipe de Fabien Guillemot, chercheur à l’Inserm à Talence (Gironde), a participé à la mise au point d’un nouveau procédé d’impression laser en 3D, « où l’encre est remplacée par des cellules vivantes ». Son objectif est résumé ainsi : « Créer des tissus de peau ou de cornée (…) pour tester des produits pharmaceutiques ou cosmétiques les moins toxiques possible pour l’homme ». Il compte créer sa propre entreprise dès cette année pour commercialiser ses futurs produits. « Je paierai une redevance à l’Inserm et à l’université de Bordeaux qui resteront propriétaires des procédés », précise-t-il.

Pèlerin, 02/01

L’hématologue Josy Reiffers, 64 ans, directeur de l’unité Inserm U916 depuis 2008, a été réélu à la tête d’Unicancer pour un mandat de 3 ans. M. Reiffers est également directeur de l’Institut Bergonié et adjoint au maire de Bordeaux.

Les Echos, 02/01

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube