Synthèse de presse

24 octobre 2013

11h50 | Par INSERM (Salle de presse)

Le rôle du sommeil sur la maladie d’Alzheimer

Le Figaro rend compte de deux études indépendantes, publiées ce mois-ci, qui soulignent « le rôle du sommeil dans l’entretien du cerveau et la réduction du risque de maladie neurodégénérative ». Les travaux d’une équipe de chercheurs de l’université de Rochester (Etats-Unis), publiés dans la revue Science, expliquent « comment le cerveau se nettoie de ses toxines lors du sommeil ». Grâce au débit accru de liquide céphalorachidien, le cerveau évacue ses déchets, notamment les protéines bêta-amyloïdes, qui influent sur la maladie d’Alzheimer. Une seconde étude, parue dans l’édition en ligne de la revue Jama Neurology, révèle que « la réalisation de pet-scan [technique d’imagerie sophistiquée] du cerveau de personnes âgées demeurant à domicile montre qu’un sommeil plus court ou un sommeil de mauvaise qualité sont tous les deux associés à un plus grand dépôt de protéines bêta-amyloïdes », indique, au Figaro, Adam Spira, professeur associé dans le département santé mentale de la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health de Baltimore (Etats-Unis). Le Figaro cite également une vaste étude menée, entre 2003 et 2008, conjointement par l’université de Hongkong et de Birmingham, et portant sur 28 000 personnes, qui montre l’impact de la durée du sommeil sur la mémoire et les performances cognitives. 

Le Figaro, 24/10

L’industrie pharmaceutique mondiale mise sur la recherche publique française

27 laboratoires pharmaceutiques, diagnostiques et vétérinaires étrangers vont assister aux Rencontres internationales de recherche (RIR), qui se déroulent aujourd’hui en France, soulignent Les Echos. Ils comptent, à cette occasion, rencontrer une soixantaine d’équipes académiques françaises spécialisées dans les mécanismes et maladies inflammatoires, thème de cette 5e édition. L’objectif de ces Rencontres est de « favoriser le démarrage de partenariats public-privé », explique le quotidien. On assiste à une multiplication du nombre d’accords passés : 195 en 2010 sur le thème des maladies cardiovasculaires, 227 en 2011 sur les maladies infectieuses, 247 en 2012 sur le cancer. Le journal explique que « les industriels arrivent avec une idée assez précise des équipes académiques qu’ils veulent rencontrer ». En effet, une liste de 59 équipes, transmises ensuite aux responsables mondiaux de la recherche en inflammation de chacun des groupes pharmaceutiques, a été réalisée au préalable par un comité de pilotage commun entre les industriels et la recherche publique française, et Inserm Transfert. La recherche publique vient chercher, quant à elle, « des moyens financiers pour mener des projets d’envergure, mais aussi des idées et des pistes pour transformer certains résultats en produits », ajoute le quotidien.

Les Echos, 24/10

En Bref

Le Monde s’interroge sur la neutralité des expertises. Le journal souligne par exemple que, le 18 octobre, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a publié une étude commandée à l’université d’Ioannina (Grèce) sur les effets des produits phytosanitaires sur la santé humaine. Cette étude, « destinée à synthétiser les travaux publiés dans la littérature scientifique, conclut de manière rassurante à un lien avec seulement deux pathologies : maladie de Parkinson et leucémie infantile », souligne Le Monde. Or, ajoute le quotidien, en mars, l’Inserm, « répondant à la même question, avait rendu des conclusions beaucoup plus fortes ». Pour François Veillerette, porte-parole de l’association de défense de l’environnement Générations futures, « il eut été très surprenant de voir l’EFSA reconnaître facilement que les pesticides qu’elle autorise depuis des années constituent un risque pour la santé ». Le Monde, 24/10

Selon des chercheurs français et australiens, une restriction calorique de 25% permettrait d’améliorer l’efficacité d’une chimiothérapie sur des souris souffrant de lymphome, révèle Science et Vie. Les travaux ont montré que le groupe d’animaux, mis au régime durant 17 jours, avant et pendant le traitement, avait une espérance de vie médiane allongée de 36% par rapport au groupe nourri normalement. Jean-Ehrland Ricci, chercheur Inserm au Centre méditerranéen de médecine moléculaire de Nice, explique : « La restriction calorique diminue l’expression d’un gène. Or, ce dernier appartient à une famille d’oncogènes, connus pour être surexprimés dans de nombreuses tumeurs résistantes aux chimiothérapies ». Science et Vie, 01/11

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a souligné hier que la tuberculose recule pour la troisième année consécutive, mais reste un « problème de santé majeur ». Selon le rapport de l’OMS, 8,6 millions de personnes ont contracté le bacille l’année dernière, soit une baisse de 45% depuis 1990. La Croix, 24/10

Selon The Lancet, « une Colombienne, aujourd’hui âgée de 35 ans, qui a bénéficié de la première greffe de trachée conçue avec des cellules souches, mène une vie normale et a récupéré une bonne fonction respiratoire », rapporte Le Figaro. L’opération a été effectuée en 2008 par l’équipe du Pr Paolo Macchiarini (chirurgie thoracique à l’hôpital de Barcelone en Espagne). Le Figaro explique que la trachée implantée provenait d’un donneur, et des cellules souches adultes issues de la jeune femme, victime d’une tuberculose, avaient été utilisées. Le Figaro, 24/10

Rechercher
dans les Synthèses de presse


Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.




fermer
fermer
RSS Youtube