Synthèse de presse

26 juin 2014

12h47 | Par INSERM (Salle de presse)

La question de l’utilisation des données de santé

Dans le cadre des « Jeudis de la santé » organisés par Libération, le quotidien publie un entretien avec Jean-Paul Moatti, économiste de la santé, qui explique que « la France a une base de données médicales unique au monde », « la plus exhaustive de la planète ». Et d’ajouter : « On s’intéresse de plus en plus, dans la recherche biomédicale, à ces ‘big data’, avec l’espoir de pouvoir travailler sur de gros échantillons. La France possède, à travers le Système national d’information interrégimes de l’assurance maladie (Sniiram), des données de consommation médicale concernant toute sa population, c’est quasi unique au monde ! » Selon lui, ces données « peuvent par ailleurs être reliées à d’autres fichiers, comme les fichiers hospitaliers, ou les données de mortalité de l’Inserm ». Malgré tout, il souligne que « les réglementations sont lourdes, difficiles, et c’est compliqué pour les chercheurs – comme d’ailleurs pour les autres acteurs de la santé – d’accéder à ces données ». Selon lui, « le rapport final de la commission ‘open data’ va dans le bon sens » pour simplifier les procédures.

Libération, 26/06

 

Interview de Nicolas Lévy, directeur de la Fondation maladies rares

Dans une interview accordée aux Echos, Nicolas Lévy, directeur de la Fondation maladies rares, souligne que « la France doit prendre la tête de la recherche sur les maladies rares ». Il indique cependant : « Le manque de soutien financier de l’Etat pour la recherche dans le domaine des maladies rares est particulièrement choquant ». Il rappelle que « la Fondation maladies rares a créé depuis 2012 le socle nécessaire pour faire dialoguer le monde de la recherche, des soins et les industriels sur ces sujets, et, avec en particulier le soutien de l’AFM-Téléthon d’Aix-Marseille Université et de l’Inserm, elle bénéficie d’un budget annuel de près de 2 millions d’euros pour la recherche ». Et d’ajouter : « C’est indispensable mais très insuffisant pour rattraper le retard des connaissances scientifiques et appuyer les travaux de la centaine d’équipes qui travaillent sur ces questions ».

Les Echos, 26/06

En Bref

Dans son supplément Spécial Marseille, Les Echos se penchent sur l’immunologie à Marseille. Le quotidien explique que le Cimtech, « démonstrateur préindustriel pour lequel le gouvernement a accordé une enveloppe de 19 millions d’euros », « sortira de terre » en 2015. Le Cimtech permettra de « propulser Marseille au premier plan mondial dans la production d’anticorps monoclonaux thérapeutiques », souligne le journal. Ce dernier rend également compte de l’ouverture récemment du Centre d’immunophénomique (Ciphe), à Luminy, ville qui compte 780 scientifiques autour d’un « immunopôle ». Le Ciphe « utilisera des rongeurs génétiquement modifiés pour marquer chacun des 20 000 gènes humains », ajoute le journal. Les Echos, 26/06

Une étude du cabinet de conseil Jalma, présentée le 19 juin, explique que « 475 000 hospitalisations et 12 000 décès pourraient être évités en France chaque année s’il y avait une meilleure observance des prescriptions médicales », rapporte Le Quotidien du Pharmacien. Daniel Szeftel, consultant associé du cabinet, indique : « 30 à 50% des patients, toutes pathologies confondues, seraient concernés [par la non-observance]. Un médicament prescrit sur sept n’est pas acheté. Un médicament acheté sur huit n’est jamais pris ». Le Quotidien du Pharmacien, 26/06

Le Figaro consacre un article à une étude, réalisée par les chercheurs de l’école de médecine de Pennsylvanie et parue dans le Journal of the American Medical Association (JAMA), qui révèle que « la mammographie numérique 3D » est efficace pour détecter les cancers. Cette nouvelle technologie « accroît de 41% le taux de détection des tumeurs mammaires invasives et de 29% le dépistage de tous les cancers du sein, comparativement à une mammographie traditionnelle », explique le quotidien. Elle permet également de réduire de 15% les faux positifs. Le Figaro, 26/06

Selon un sondage réalisé hier par Le Parisien après l’acquittement du Dr Bonnemaison, accusé d’avoir empoisonné sept patients en fin de vie, « neuf Français sur dix (89%) veulent une loi en faveur de l’euthanasie ». Le quotidien indique que « chez les 65 ans et plus, le taux monte même jusqu’à 98% ». Le Parisien, 26/06

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube