Synthèse de presse

03 octobre 2013

11h20 | Par INSERM (Salle de presse)

Palmarès des 150 meilleurs médecins de France

Capital publie un palmarès exclusif des meilleurs médecins de France pour trente des pathologies les plus courantes. Ce palmarès a été réalisé par le Dr Maurice Soustiel, fondateur de SOmedical.com (seconde opinion médicale), un site qui oriente les patients vers les professionnels reconnus. « Les deux tiers » de ces grands médecins « n’officient pas à Paris, mais en Province, et la moitié d’entre eux seulement dans des centres hospitalo-universitaires (CHU) », indique la revue. Cette dernière ajoute que « pour un bon tiers, ce ne sont d’ailleurs pas des professeurs des universités, mais de simples docteurs, qui ne font pas de recherche ». Par ailleurs, ces médecins se retrouvent, dans de nombreux domaines, « aux premières places mondiales, à peu près à égalité avec leurs confrères américains et loin devant les Allemands ou les Britanniques ». Selon le Dr Soustiel, « ce résultat n’est pas surprenant, car nos médecins ont été des pionniers dans de nombreux domaines ». Mais, se pose notamment le problème de l’accessibilité de ces médecins pour les malades (dépassements d’honoraires) et de la pénurie de spécialistes qui menace plusieurs régions en France.

 Capital, 01/10

En Bref

Suite au livre publié par les Prs Philippe Even et Bernard Debré dénonçant une surprescription de statines, des cardiologues parisiens, dont Etienne Puymirat, ont réalisé une étude afin d’évaluer l’impact de la polémique. En extrapolant à la population française les résultats obtenus chez 142 patients suivis en consultation cardio-vasculaire, leur étude, pilotée à l’hôpital européen Georges Pompidou (HEGP), révèle que, « si l’ensemble de la population traitée par statines arrêtait le traitement dans les mêmes proportions que l’échantillon étudié, la controverse serait responsable en France de près de 5 000 événements cardio-vasculaires majeurs, dont 1 159 décès sur 1 an ». Le Quotidien du médecin, 03/10

Le Nouvel Observateur publie des extraits de l’ouvrage d’André Cicolella, intitulé : « Toxique planète. Le scandale invisible des maladies chroniques » (à paraître le 10 octobre). L’auteur, qui est chercheur à l’Institut national de l’Environnement industriel et des Risques (Ineris) et président du Réseau Environnement Santé, explique qu’« on meurt de moins en moins » des maladies chroniques (maladies cardiovasculaires, diabète, cancer…), « mais on en guérit pas pour autant ». Il parle de véritable « pandémie [« silencieuse »], en France et dans le monde ». Et d’ajouter : « On reste dans un état de malade chronique, généralement sous traitement, avec toutes les conséquences sociales et économiques qui en découlent ». Le Nouvel Observateur, 03/10

Le Quotidien du médecin indique que, selon les nouvelles recommandations de la Société européenne de cardiologie, développées en collaboration avec l’EASD (European association for the study of diabetes), il faut « une prise en charge combinée du diabète et des maladies cardiovasculaires ». Le journal explique : « Le diabète de type 2 est un facteur majeur de développement d’une insuffisance cardiaque, dont la présence multiplie la mortalité par 10 chez le diabétique ». Le Quotidien du médecin, 03/10

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube