Synthèse de presse

05 février 2015

13h09 | Par INSERM (Salle de presse)

Mieux dépister et prendre en charge la maladie de Lyme

Selon L’Humanité, la maladie de Lyme, « une infection transmise par les piqûres de tiques, à l’origine de fatigues intenses, de troubles articulaires ou neurologiques, voire, dans certains cas, de paralysies », est encore mal connue du grand public et des professionnels de santé en France, où 27 000 nouveaux cas sont recensés chaque année. Le quotidien indique par ailleurs que cette maladie reste « mal diagnostiquée » et, selon les associations, « mal soignée ». Ses formes chroniques feraient même l’objet d’un véritable « déni » de la part des autorités de santé, estimant que la maladie de Lyme est une « maladie rare », souligne le quotidien. Pour « attirer l’attention sur ce problème », une proposition de loi, portée par deux députés UMP, « a été mise au menu des députés » aujourd’hui, explique L’Humanité. Mais, déjà rejeté en commission, le texte devrait connaître le même sort en séance, ajoute le journal.

L’Humanité, 05/02

 

En Bref

Franck Von Lennep, Directeur de la Direction de la Recherche, des Etudes, de l’Evaluation et des Statistiques (DREES), qui pilote une commission sur l’ouverture des données de santé, explique que, dans le cadre de l’article 47 du projet de loi Santé, « le futur système national des données de santé prévoit d’allier le SNIIRAM [Système National d’Information Interrégimes de l’Assurance-Maladie] et le PMSI [Programme de médicalisation des systèmes d’information] pour identifier plus rapidement les causes d’hospitalisation et leur durée, système auquel nous prévoyons d’ajouter les causes de décès collectés aujourd’hui par l’Inserm (…) », rapporte Le Quotidien du Médecin.

Le Quotidien du Médecin, 05/02

Le Figaro souligne que « la perte du monopole par l’Établissement Français du Sang (EFS) sur la distribution du plasma thérapeutique ne modifie pas les critères du don ». Le député de l’Isère, Olivier Véran, auteur d’un rapport en juillet 2013 sur la filière du sang, assure au Figaro qu’« il n’y a aucune raison pour que cela change », le don restant en France basé sur le volontariat, l’anonymat et la gratuité.

Le Figaro, 05/02

Selon une récente analyse, le cancer du poumon est devenu la première cause de mortalité chez la femme dans les pays développés, indique Le Quotidien du Médecin. Les épidémiologistes américains de l’American Cancer Society (ACS) en association avec le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) expliquent cette évolution par l’augmentation du tabagisme féminin dès les années 1960 dans les pays occidentaux.

Le Quotidien du Médecin, 05/02

 

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube