Synthèse de presse

06 novembre 2014

12h52 | Par INSERM (Salle de presse)

L’Anses déconseille les technologies 3D aux enfants de moins de 6 ans

Dans un avis rendu public aujourd’hui, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), déconseille les films et les jeux vidéo utilisant la technologie d’images en relief « 3D » aux enfants de moins de 6 ans, et une « exposition limitée des moins de 13 ans », indique Le Figaro. Selon Olivier Merckel, chef de l’unité d’évaluation des risques liés aux nouvelles technologies au sein de l’Agence, « le système visuel des jeunes jusqu’à 12 ou 13 ans et, surtout, avant 6 ans est en phase de développement critique ». Une exposition prolongée à la technologie « 3D » pourrait notamment entraver le « bon développement de la rétine ou du cristallin et surtout de la zone du cerveau qui se charge de fusionner les images », précise le quotidien.

Le Figaro, 6/11

En Bref

Dans un dossier intitulé « Découvrez la high-tech qui soigne », 01Net s’intéresse aux traitements mêlant biologie et informatique. La revue cite notamment le projet Flexitheralight, mis au point par Serge Mordon (Unité Inserm 703  « Thérapies interventionnelles assistées par l’image et la simulation »), en collaboration avec l’école nationale supérieure des arts et industries textiles située à Roubaix. Cette méthode permet, grâce au tissage de fibres optiques, « une distribution homogène de la lumière pour soigner les tumeurs cutanées ».

 01Net, 06/11

Selon des travaux menés par les universités de Southampton et de Warwick, certaines femmes envisagent d’arrêter leur traitement du cancer du sein en raison d’effets secondaires très handicapants, indique Le Figaro. 94% des 666 femmes interrogées disent notamment être sujettes à des symptômes vasomoteurs (bouffées de chaleur), très invalidants pour 75% d’entre elles.

 Le Figaro, 06/11

Rechercher
dans les Synthèses de presse


Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.




fermer
fermer
RSS Youtube