Synthèse de presse

15 novembre 2012

12h11 | Par INSERM (Salle de presse)

Les propositions du Conseil d’analyse stratégique pour sauver les antibiotiques

25 000 personnes en Europe meurent chaque année d’une infection liée à une des cinq bactéries multirésistantes (BMR) les plus fréquentes, explique Aujourd’hui en France. Le quotidien souligne que « la surconsommation d’antibiotiques est en cause ». Face à cette situation, le Centre d’analyse stratégique (CAS) présente, ce matin, plusieurs propositions. Parmi les pistes envisagées par le CAS figure l’amélioration de la prescription de ces médicaments « en généralisant une initiative intéressante », souligne Aujourd’hui en France. Deux centres de conseil expérimentaux, adossés à des CHU, ont ouvert en Pays de la Loire et en Lorraine, afin d’aider, via une hotline, les médecins hospitaliers et libéraux, à « mieux prescrire ». Le CAS souhaite par ailleurs « encourager la recherche » pour développer de nouveaux antibiotiques, ces derniers étant moins rentables que des médicaments ciblant des pathologies chroniques, ajoute le journal. Le CAS prône par ailleurs une coordination mondiale, assurée par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), afin de surveiller l’émergence de bactéries multirésistantes et d’éviter leur propagation d’un continent à l’autre. Aujourd’hui en France note en outre que les membres de l’AC-2-BMR (Alliance contre le développement des bactéries multirésistantes, comprenant 400 chercheurs, scientifiques et associatifs français et étrangers) appellent à l’inscription des antibiotiques au Patrimoine mondial de l’Humanité.

Aujourd’hui en France, 15/11

En Bref

Le centre François-Jacob, pôle de recherches international sur les maladies émergentes, de l’Institut Pasteur, a été inauguré hier en présence de François Hollande. Il réunira 400 chercheurs dans diverses disciplines (cf synthèse de presse du 12 novembre). Jean-Claude Manuguerra, responsable de la cellule d’intervention biologique d’urgence, explique : « L’objectif premier est d’approfondir notre connaissance générale pour identifier le coupable dans un délai très court, en cas d’épidémie, et répondre par des mesures de protection, la mise au point d’un traitement et d’un vaccin ». Le Figaro, 15/11

Le décret de Marisol Touraine, ministre de la Santé, permettant de « savoir si son médecin perçoit des avantages des laboratoires » pharmaceutiques « est parti hier pour validation au Conseil d’Etat », indique Aujourd’hui en France. « La version finale apporte quelques avancées, mais le mécanisme est très complexe et déçoit à la fois les associations de patients et le Conseil national de l’ordre des médecins », explique le quotidien. Les patients pourront s’informer, à partir de la mi-2013, sur Internet des « avantages consentis (…) aux professionnels de santé ». Les « conventions » signées entre un médecin et un laboratoire, pour une recherche ou un congrès, devront être mentionnées, sans que leur montant soit à déclarer. Aujourd’hui en France, 15/11

Les Echos publient un supplément spécial Toulouse intitulé « L’innovation partagée, moteur de compétitivité ». Le quotidien souligne que « les entreprises et la recherche publique oeuvrent ensemble pour faire émerger plus rapidement les innovations ». Le quotidien fait notamment le point sur les « outils nationaux et régionaux d’aide à la recherche et à l’innovation collaboratives ». Les Echos se penchent également sur le partage des « gains de la R&D » entre entreprises, laboratoires publics, universités et PME. Les Echos, 15/11
Le Quotidien du médecin explique que « la mort subite du sujet jeune alerte sur le risque cardiaque familial », selon les conclusions de l’équipe du Dr Mattis Flyvholm Ranthe (Copenhague). Les travaux de ces chercheurs ont permis de découvrir que « lorsqu’un sujet décède brutalement avant 35 ans, ses parents au 1er et au 2e degré sont, au même âge, exposés à une multiplication par 3 du risque cardiaque global, par 6 de celui de cardiopathie ischémique et par 10 de la survenue de cardiomyopathies ou d’arythmies ventriculaires », souligne le journal. Le Quotidien du médecin, 15/11

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube