C'est dans l'air

L’épidémie d’Ebola se propage en Afrique de l’Ouest

29 juil. 2014 - 11h29 | Par INSERM (Salle de presse) | International

L’épidémie d’Ebola continue de s’étendre en Afrique de l’Ouest. En mars 2014, la Guinée notifiait ses premiers cas de maladies à virus Ebola à l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Celui-ci s’est depuis répandu au-delà des frontières, au Liberia, en Sierra Leone et au Nigeria. Ces derniers jours, un premier cas a en effet été signalé à Lagos, puis à Freetown. Selon le dernier bilan de l’OMS, daté du 20 juillet, 1093 cas d’Ebola ont été recensés et 660 personnes en sont décédées. 28 décès ont été signalés entre les 18 et 20 juillet.

Le virus Ebola est un virus mortel très contagieux pour lequel il n’existe aucun traitement à ce jour. Les symptômes sont peu spécifiques puisqu’il s’agit de fièvre, de diarrhée sévère et de vomissements. 30 à 90 % des personnes infectées meurent des suites de cette infection.

Des chercheurs de l’Inserm (du Laboratoire P4 de Lyon) et de l’Institut Pasteur ont révélé, dans un article paru en avril dernier dans The New England of Medicine, à partir d’échantillons originaires de Guinée, que le virus se propageant actuellement en Afrique de l’Ouest est en fait une variante du virus Ebola identifiée en République du Congo et au Gabon. 

La recherche sur le virus Ebola à l’Inserm 

Le laboratoire P4 Jean Mérieux est un laboratoire de haut confinement dédié à l’étude des agents pathogène de classe 4. Le niveau de sécurité biologique qui y est appliqué est de 4, niveau le plus élevé. Les chercheurs y travaillent équipés d’un scaphandre maintenu en surpression pour les protéger de toute contamination. Le laboratoire est lui-même maintenu en dépression afin de protéger l’environnement. De plus, tous les déchets produits sont totalement inactivés et l’air extrait est purifié par un système de double filtration absolue. Ce laboratoire est encore aujourd’hui la structure de ce niveau de confinement offrant la plus grande capacité d’expérimentation en Europe.

Des agents hautement pathogènes : les agents pathogènes de classe 4 (ou de groupe de risque 4) sont des microorganismes hautement pathogènes caractérisés par un taux de mortalité très élevé, l’absence d’outils prophylactiques ou thérapeutiques pour s’en protéger et leur facilité de transmission. Les agents pathogènes de classe 4 connus à ce jour sont tous des virus responsables notamment de fièvres hémorragiques ou d’encéphalites. On compte parmi eux les virus Ebola, Marburg, Lassa, Junin, Machupo, Guanarito, Sabia, Crimée-Congo, Nipah et Hendra.


Pour en savoir plus :

POUR CITER CET ARTICLE :
Salle de Presse Inserm L’épidémie d’Ebola se propage en Afrique de l’Ouest Lien : http://presse.inserm.fr/lepidemie-debola-se-propage-en-afrique-de-louest/14148/



fermer
fermer
RSS Youtube