Synthèse de presse

10 décembre 2012

12h03 | Par INSERM (Salle de presse)

Ouverture en février d’un centre d’immunophénomique (Ciphe) à Marseille

Le centre d’immunophénomique (Ciphe), inauguré le 7 décembre et dont la construction a été financée notamment par la ville de Marseille, l’Etat et l’Inserm, ouvrira, en février prochain, sur le site du Parc technologique et scientifique de Marseille-Luminy, indique l’AFP. L’agence de presse souligne que, jusqu’à présent, il n’existait qu’un seul centre de ce type dans le monde, à Singapour. Ce projet, dont l’immunologiste Bernard Malissen est l’initiateur, réunira 40 ingénieurs et techniciens. Il a pour objectif d’« isoler chacun des 25 000 gènes humains, grâce à des souris, modifiées afin qu’il leur en manque un ». Ces dernières « seront ensuite exposées à des agents pathogènes, comme la tuberculose ou la peste, afin de déterminer le rôle de ce gène manquant face à ces agents », ajoute l’AFP. Trois pôles – le centre d’immunologie de Marseille Luminy, le Centre de recherche sur le cancer et l’Institut de biologie du développement de Marseille Luminy – utiliseront les résultats du Ciphe. Selon Dominique Nobile, le délégué régional de l’Inserm, qui porte le projet dès son origine avec Bernard Malissen, ce centre « est le chaînon manquant entre la recherche et le lit du malade ». Un premier bilan clinique sera réalisé dès 2015, « avec comme but la publication sur internet des résultats de 5 000 gènes », explique l’AFP.

AFP, 08/12

Hausse des infections sexuellement transmissibles (IST)

Selon les données récentes de l’Institut de veille sanitaire (InVS), « les infections sexuellement transmissibles (IST), hors VIH, poursuivent leur progression, avec la résurgence de maladies jusqu’alors peu fréquentes, voire oubliées ». La syphilis est réapparue dans les années 2000, avec 750 cas en 2011, contre 540 en 2009, révèle le recueil des données concernant les Centres d’information, de dépistage et de diagnostic des IST (Ciddist) et les centres de dépistage anonyme et gratuit (CDAG). En outre, le nombre d’infections à Chlamydia trachomatis, la plus fréquente des IST, poursuit sa progression depuis le début des années 2000, aussi bien chez l’homme que la femme. Selon le Dr François Lassau, dermato-vénéréologue à l’hôpital Saint-Louis, le dépistage de cette maladie devrait « être pris en charge par l’Etat ». Il considère également que « la prise en charge de la recherche sur Chlamydia est fondamentale, [or] rien n’est prévu. Il y a un manque de moyens cruel ».

Le Monde, Science & techno, 08/12

En Bref

Science et Vie consacre son Hors-Série aux « Microbes : les connaître, les combattre, les utiliser ». Marie-Cécile Ploy, directrice d’une unité de recherche Inserm sur les résistances bactériennes aux antibiotiques à la faculté de médecine de Limoges, souligne : « Jusqu’à il y a quelques années, lorsqu’on voyait apparaître de nouvelles résistances, on se contentait de remplacer l’antibiotique devenu moins efficace par un autre. Le problème, c’est que, depuis, la source s’est tarie ». Science et Vie, Hors-Série, 01/12
Selon une étude récente du cabinet IMS Health, le secteur de l’automédication représente, en 2012, 6% du chiffre d’affaires des officines, soit +4,7% en un an, souligne Le Figaro qui consacre un article à ce sujet. Sylvie Fainzang, anthropologue et directrice de recherche à l’Inserm, auteure de « L’Automédication ou les mirages de l’autonomie », explique, dans une interview au quotidien, que « l’automédication s’inscrit dans la logique de consommation qui s’étend désormais au domaine de la santé ». Le Figaro, 10/12
Le Monde publie, dans son édition Science & techno, un reportage dans un centre spécialisé dans la prise en charge des patients atteints d’une maladie rare : le « centre de référence des maladies neuromusculaires rares Paris-Est », hébergé par l’Institut de myologie à la Pitié-Salpêtrière (Paris). Le journal souligne que 6 000 maladies rares répertoriées sont « désormais prises en charge dans des centres de référence spécialisés, qui maillent le territoire français ». Le Monde, Science & techno, 08/12
Dans son édition Science & techno, Le Monde souligne qu’Edith Heard, spécialiste du chromosome X et de l’épigénétique, directrice d’une unité Institut Curie-Inserm-CNRS, « est la cinquième chercheuse à obtenir une chaire permanente au Collège de France ». Le journal ajoute que « c’est la première fois qu’une femme aussi jeune enseigne au Collège de France ». Le Monde souligne que « dans sa leçon inaugurale le 13 décembre, [Edith Heard] parlera d’‘‘Epigénétique et mémoire cellulaire’’ ». Le Monde, Science & techno, 08/12

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube