Synthèse de presse

10 octobre 2016

12h16 | Par INSERM (Salle de presse)

Le microbiote intestinal bénéfique pour les chimiothérapies

Des chercheurs de l’Inserm, de Gustave Roussy, du CNRS, de l’Institut Pasteur de Lille, et des universités Paris Sud et de Lille, dont les travaux sont publiés dans Immunity, affirment que le microbiote intestinal optimise les chimiothérapies à base de cyclophosphamide, rapporte l’ensemble des médias. Les chercheurs ont constaté l’efficacité de deux espèces de bactéries intestinales, Enterococcus hirae et Barnesiella intestinihominis, en les administrant successivement par voie orale chez la souris. Ensuite, les chercheurs ont analysé le profil immunitaire des lymphocytes sanguins de 38 patients atteints d’un cancer du poumon ou de l’ovaire à un stade avancé et traités par chimio-immunothérapie. Ils ont découvert que la présence de lymphocytes T mémoires spécifiques de E. hirae et B. intestinihominis permet de prédire la période pendant laquelle un patient vit avec un cancer sans qu’il ne s’aggrave, pendant et après un traitement.

Lire le communiqué « Le microbiote intestinal à la rescousse des chimiothérapies » sur la salle de presse de l’Inserm.

Sciencesetavenir.fr, Francesoir.fr, Legeneraliste.fr, 07/10, Femmeactuelle.fr, 08/10

Leucémie : une nouvelle piste d’immunothérapie contre les rechutes post greffe

Topsante.com souligne qu’une équipe Inserm de l’Institut Henri Mondor de recherche biomédicale « propose une nouvelle piste d’immunothérapie contre les leucémies ». Les chercheurs ont découvert une clé de la régulation du système immunitaire qui permet de stimuler l’action des lymphocytes T et probablement d’augmenter l’élimination des cellules cancéreuses. Le récepteur TNFR2 « est un véritable interrupteur de la réponse immunitaire. Lorsqu’il est en position ‘on’, il la freine. Lorsqu’il est en position ‘off’, il la stimule », explique José Cohen, responsable de ces travaux. Les chercheurs souhaitent développer un anticorps anti-TNFR2 humain puis tester cette stratégie thérapeutique chez la souris dite « humanisée ».

Lire le communiqué « Nouvelle piste d’immunothérapie contre les rechutes de leucémie post greffe ».

Topsante.com, 07/10

En Bref

La Croix s’intéresse à l’imprimante 3D qui permet de « tout fabriquer ou presque ». Raphaël Devillard, chercheur au sein de l’Unité Inserm 1026 « Bioingénierie tissulaire » souligne : « Pour l’instant, on sait fabriquer des cellules qui ressemblent à du tissu humain, mais qui n’ont pas ses fonctions. (…) La fabrication d’organes oxygénés ne sera possible que lorsqu’on aura levé le verrou de la vascularisation. Mais les avancées seront encourageantes ».

La Croix, 08/10

Le Journal du Dimanche a visité la première « salle de consommation de drogue » qui ouvre dans le nord de Paris. Cette salle sera inaugurée demain et gérée par l’association Gaïa. Le journal rappelle un rapport de l’Inserm qui conclut qu’un tel encadrement réduit le risque d’overdose mortelle, d’abcès, d’infections et celui de transmission du sida et de l’hépatite C.

Le Journal du Dimanche, 09/10

L’explorateur Christian Clot et Etienne Koechlin, neurobiologiste, directeur de recherche Inserm et fondateur du laboratoire des Sciences Cognitives de l’Ecole Normale Supérieure, ont imaginé l’aventure « Adaptation ». A travers des expéditions dans des milieux hostiles de la planète, ils espèrent mieux comprendre les ressorts de la décision humaine.

FranceInter.fr, 09/10

Santemagazine.fr indique que des chercheurs de l’American Academy of Neurology ont découvert, concernant la maladie d’Alzheimer, que les femmes gardent de meilleures compétences de mémoire, malgré les symptômes cliniques, que les hommes, ce qui rend le diagnostic de la maladie plus difficile à établir. Le Pr Erin E. Sundermann, principal auteur de l’étude, explique : « Les femmes réussissent mieux que les hommes les tests de mémoire verbale pendant toute la vie, ce qui peut leur donner un tampon de protection contre la perte de leurs compétences de mémoire dans le stade précurseur de la maladie d’Alzheimer ».

Santemagazine.fr, 07/10

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube