Synthèse de presse

14 janvier 2013

11h35 | Par INSERM (Salle de presse)

Le retard des universités françaises dans la bataille du numérique

Le Figaro rend compte du « retard inquiétant » des universités françaises dans « la bataille du numérique ». Tandis que 80% des établissements outre-Atlantique proposent des cours en ligne, « ils sont moins de 3% en France ». Or, selon François Taddei, chercheur à l’Inserm, « la compétition mondiale entre les centres de savoir pour attirer les meilleurs cerveaux du monde se prépare ». Face à ce constat, la ministre de l’Enseignement supérieur, Geneviève Fioraso, doit annoncer prochainement le lancement de FUN (France université numérique), « une structure chargée de piloter la mise au Net des facs françaises », explique le quotidien. L’objectif est d’atteindre 20% des contenus en ligne dans cinq ans. La ministre souhaite que les vice-présidents des universités deviennent des « MM. Internet ». 

Le Figaro, 14/01

Le risque des benzodiazépines

Le Monde publie un dossier, dans son édition Science & techno, consacré à « l’overdose française » de benzodiazépines. Bernard Bégaud, pharmaco-épidémiologiste de l’Inserm à l’université de Bordeaux, souligne : « En 2006, nous faisions, comme les précédents rapports, des propositions assez simples pour améliorer la situation. Rien de notable n’a été fait. Il est difficile de comprendre pourquoi ce problème de santé publique n’a pas été traité plus tôt comme une priorité ». Le journal rappelle l’étude réalisée par le laboratoire de Bernard Bégaud avec deux autres équipes bordelaises, publiée le 28 septembre dans le British Medical Journal, qui révèle un lien entre la prise prolongée de benzodiazépines et le risque de démence chez les plus de 65 ans (cf synthèse de presse du 28 septembre 2012).

Le Monde, Science & techno, 12/01

En Bref

René Frydman, professeur, chef du service de gynécologie-obstétrique et médecine de la reproduction à l’hôpital Antoine-Béclère à Clamart (Hauts-de-Seine), appelle dans les colonnes du Monde à la mise en place d’« un plan pour la procréation médicalement assistée » et pour qu’elle devienne une « cause nationale ». Il estime notamment qu’il faut « développer la recherche, seul facteur d’amélioration ». « Or, l’interdiction de la recherche sur l’embryon érigée en dogme dans notre pays (avec des dérogations exceptionnelles) est un frein à l’innovation », ajoute-t-il. Selon lui, « les organismes de recherche (Inserm, CNRS) d’un Etat laïc doivent pouvoir nommer, identifier, promouvoir le thème du développement précoce humain ». Le Monde, 12/01
L’Humanité revient sur les méfaits du travail de nuit sur la santé. Le quotidien rappelle l’étude baptisée Cecile (Cancer du sein en Côte-d’Or et Ille-et-Vilaine et environnement), rendue publique en juin 2012, qui a souligné que « le travail de nuit des femmes augmenterait le risque de cancer du sein d’environ 30% par rapport aux autres femmes ». Selon L’Humanité, l’« abondance de preuves scientifiques [est] pourtant loin d’empêcher la progression des horaires nocturnes dans plusieurs secteurs ». L’Humanité, 14/01
Jean-Marc Egly, directeur de recherche à l’Inserm et membre de l’Académie de Sciences, était l’invité, le 11 janvier, de l’émission « LCI Santé ». Il a fait le point sur les avancées réalisées, en 2012, dans le domaine des maladies génétiques et sur leur portée dans les recherches sur des maladies plus répandues comme Alzheimer. Selon lui, les chercheurs français sont compétitifs au niveau international.LCI, 11/01

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube