Synthèse de presse

14 octobre 2013

12h34 | Par INSERM (Salle de presse)

8% seulement des personnes concernées par l’alcool sont prises en charge

Selon Le Figaro, « alors que l’alcool est directement impliqué dans 49 000 décès annuels, la recherche consacrée en France à ce problème pourtant majeur, fait de notre pays le plus mauvais élève d’Europe avec l’Italie ». Le Pr Mickaël Naassila, professeur de psychologie et directeur de recherche à l’Inserm sur l’alcool, à Amiens, explique : « On manque de tout. On manque de chercheurs, de postes, de structures, bref, d’un vrai plan alcool pour répondre à l’ampleur du problème ». Le quotidien souligne qu’à tous les niveaux, ce problème de santé publique est sous-estimé en France. Le Dr Philippe Batel, responsable de l’unité de traitement ambulatoire des maladies addictives à l’hôpital Beaujon, indique que, faute d’information, « peu de personnes savent qu’à partir de trois verres d’alcool au quotidien, une femme multiplie par trois son risque de faire un cancer du sein. De même, à partir de cinq verres par jour, le risque de cancer du côlon est multiplié par quatre ». De plus, seulement 8% des personnes ayant un problème d’alcool sont actuellement prises en charge. « Autrement dit, 92% ne reçoivent ni informations, ni conseils, ni aide, ni traitement, alors qu’une intervention est d’autant plus efficace et salutaire pour la santé, qu’elle aura été précoce », expliquent les Pr Aubin et le DPaille, respectivement du service d’addictologie de l’hôpital Paul-Brousse à Villejuif et du CHU Vandoeuvre-lès-Nancy.

Le Figaro, 14/10

Avancée dans la compréhension de la maladie de Parkinson

Les chercheurs du laboratoire d’enzymologie et de biochimie structurales (LEBS) du CNRS ont réalisé « une avancée notable de la compréhension de la maladie de Parkinson », révèlent Les Echos. Le quotidien explique que « la maladie de Parkinson est causée par une protéine, l’alpha-synucléine, dont les agrégats formés à  l’intérieur des neurones détruisent ces derniers en déclenchant un processus d’apoptose, le suicide cellulaire ». Selon les travaux du LEBS, publiés dans Nature Communications, il n’existe non pas une mais deux maladies de Parkinson, qui correspondent aux deux formes que peuvent prendre ces agrégats d’alpha-synucléine : une forme tubulaire (« spaghetti ») et une forme aplatie (« linguine »). Selon l’équipe du LEBS, la forme tubulaire est beaucoup plus toxique et tue plus rapidement les cellules infectées. Selon le quotidien, « ces travaux ouvrent la voie à des méthodes plus efficaces de diagnostic et à l’espoir de stratégies thérapeutiques ciblées pour chacun des deux variants de la maladie ». 

Les Echos, 14/10

En Bref

Une prothèse de cœur, unique en son genre, créée sous l’égide du Pr Alain Carpentier, vient de recevoir le feu vert de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) afin de réaliser les premiers tests cliniques sur l’homme, rapporte Le Figaro. Ce cœur, mis au point par la société Carmat, vise à remplacer l’intégralité du cœur du patient, pendant plusieurs années en « mimant au plus près l’organe naturel », explique le quotidien. Le Figaro, 14/10

Les Echos se demandent s’il faut avoir peur des ondes radio et fait le point sur ce sujet à la veille de la publication d’un rapport très attendu de l’ANSM. Malgré plusieurs centaines d’études réalisées, la communauté scientifique n’arrive pas à trancher « clairement et définitivement » sur la nocivité ou pas pour la santé humaine des ondes radio émises par les téléphones cellulaires et les antennes. Les Echos, 14/10

Le Journal du Dimanche souligne que « certains pays entament une croisade pour l’éradication du tabac ». L’Irlande, par exemple, a lancé début octobre un plan ciblant les jeunes pour devenir un pays sans tabac en 2025. Cet objectif est partagé par l’Australie (invention du paquet neutre, sans logo ni couleurs), la Nouvelle-Zélande (interdiction étendue aux stades, parcs, prisons) et la Finlande (vente aux mineurs passibles de prison). Selon le pneumologue Bertrand Dautzenberg, président de l’Office français de prévention du tabagisme (OFT), « la consommation a déjà beaucoup baissé en quinze ans dans les pays riches. Il suffirait de suivre cette tendance pour y arriver ». Dans un entretien au Journal du Dimanche, Claude Evin, directeur général de l’agence régionale de santé d’Ile-de-France, estime que « l’objectif est d’aller vers l’éradication totale du tabac. A terme, on peut souhaiter que la France vive sans ».Le Journal du dimanche, 13/10

Rechercher
dans les Synthèses de presse


Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.




fermer
fermer
RSS Youtube