Synthèse de presse

17 septembre 2012

13h48 | Par INSERM (Salle de presse)

Les cellules souches embryonnaires pour retrouver l’audition

Le supplément Science & Techno du Monde révèle qu’une équipe de chercheurs de l’université de Sheffield, dont les travaux sont publiés dans Nature, « a réussi à produire in vitro à partir de cellules souches embryonnaires humaines des cellules ayant les caractéristiques de deux types de populations de la cochlée : les unes sont des ‘‘précurseurs’’ des cellules sensorielles et les autres des neurones auditifs ». Ils ont ensuite procédé, chez la gerbille, à une greffe avec les cellules du second type, permettant ainsi de restituer l’audition. Le quotidien explique : « Les cellules neuronales ont poussé, rétablissant le contact rompu entre les cellules sensorielles qui transforment le signal acoustique en impulsions nerveuses, et des neurones centraux qui permettent d’acheminer ces signaux au cerveau ». Cependant, Christine Petit, spécialiste de l’audition, professeur au Collège de France, Inserm, Institut Pasteur, UPMC, indique qu’« avant les essais cliniques, le développement de l’approche chez le singe semble incontournable », notamment pour vérifier l’absence de proliférations cancéreuses.

Le Monde, Science & Techno, 15/09

 

Attirer en Europe les meilleurs chercheurs mondiaux

Afin d’attirer les meilleurs chercheurs, l’Union européenne va parier, dans son prochain programme-cadre de recherche 2014-2020 (« Horizon 2020 »), sur la « diplomatie scientifique ». Une partie des 80 milliards d’euros d’Horizon 2020 soutiendra ce « lobbying auprès des champions de la publication » et les « futurs financements de l’ERC (European Research Council) seront étendus aux projets extra communautaires », indique le quotidien. Cependant, les Etats-Unis attirent les étudiants du monde entier grâce à « la notoriété de leurs grandes universités comme le MIT, Yale, Princeton ou Caltech ». Pour Ben Sowter, directeur des recherches chez QS, qui classe les universités, la mobilité des étudiants connaît « une accélération sans précédent, qui reflète une bataille mondiale féroce pour le talent ».

Les Echos, 17/09

En Bref

L’ensemble des médias revient sur l’étude de grande ampleur publiée par l’Inserm dans The Lancet qui révèle, pour la première fois, que « des conditions de travail éprouvantes pour les nerfs augmentent le risque de crise cardiaque ». Ces travaux ont consisté à rassembler « des informations collectées auprès de 200 000 personnes dans sept pays européens » suivies pendant 20 ans, expliqueLe Figaro. Ainsi, ils montrent que « les individus exposés au stress ont un risque plus élevé de 23% de faire une crise cardiaque ». France 3, France 2, Canal Plus, I Tele, France Inter, Europe 1, RTL, 14/09, Le Figaro, RMC Info, 15/09
Reprise du communiqué de presse : Stress au travail et infarctus : un lien confirmé 
du 14/09

Dans une tribune publiée dans le supplément Science & techno du Monde, Claude Mawas, médecin hématologiste, ancien directeur de recherche à l’Inserm, analyse la politique de recherche en France. Selon lui, « sans le CNRS, l’Inserm ou les autres établissements publics à caractère scientifique et technologique (EPST), aucune université n’aurait les moyens d’une recherche compétitive au plan national ou international ». Il estime que « redonner le pouvoir central aux seules universités, c’est garantir un retour en arrière ». Le Monde, Science & techno, 15/09

Le Monde se penche sur le sentiment étrange de « déjà-vu » et la recherche dans ce domaine. La sensation de « déjà-vu » survient notamment chez les patients souffrant d’épilepsie du lobe temporal. « Le déjà-vu est devenu, depuis les années 1990, grâce aux outils modernes des neurosciences, une véritable thématique de recherche à laquelle se consacrent un petit nombre de cliniciens et chercheurs en neuropsychologie épileptologie, électrophysiologie, neuropsychologie clinique et imagerie cérébrale ». Plusieurs chercheurs, dont le Pr Patrick Chauvel (Inserm, université d’Aix-Marseille), expliquent, dans le quotidien, leurs travaux. Le Monde, 15/09

Le Figaro publie un dossier consacré au cancer et aux familles à risques. Le Dr Catherine Dugast, oncogénéticienne au Centre Eugène Marquis – CHU de Rennes, explique : « Les cancers d’origine génétique sont les plus rares : ils représentent 5% des cancers seulement. Il faut pourtant se poser la question lorsque plusieurs membres d’une même famille déclarent des cancers – pas forcément les mêmes – a fortiori lorsque cela arrive avant 50 ans. Il existe en effet des formes familiales pour presque tous les cancers ». Ainsi, par exemple, les mutations des gènes BRCA1 et BRCA2 « exposent aux risques de cancer du sein, de l’ovaire et de la prostate pour les hommes (avec BRCA2) », souligne le journal. Le Figaro, 17/09

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube