Synthèse de presse

18 avril 2016

11h32 | Par INSERM (Salle de presse)

La colopathie fonctionnelle, fréquente mais mal connue

Le Figaro rend compte de la publication par le Pr Jean-Marc Sabaté, gastro-entérologue (AP-HP/Inserm) d’un ouvrage intitulé « Intestin irritable, les raisons de la colère ». Le chercheur y fait le point sur cette maladie, « mal connue du grand public comme des médecins », qui touche 5% à 15% de la population, en majorité des femmes. Le Pr Pierre Desreumaux (CHRU Lille/Fondation DigestScience) explique : « C’est une hypersensibilité du tube digestif. L’inconfort équivaut à un cancer du côlon ou à une maladie inflammatoire de l’intestin ». Et d’ajouter : « Dans la grande majorité des cas, on arrive à trouver la formule pour soulager le patient. Cela peut prendre du temps ».

Le Figaro, 18/04

Hémophilie: les avancées de la recherche

Tandis que s’est déroulée hier la Journée mondiale de l’hémophilie, Le Parisien Dimanche et TF1 ont souligné les avancées de la recherche sur cette maladie génétique. Les chercheurs de l’Unité Inserm 1176 « Hémostase, Inflammation, Thrombose », travaillent sur les protéines nécessaires à la coagulation du sang. Une piste suscite de nombreux espoirs, rapporte TF1, il s’agit de la thérapie génique, en permettant de remplacer le gène déficient par un gène synthétique.
Le Parisien Dimanche indique que des traitements antihémophiliques « à action prolongée » permettent d’améliorer les traitements existants. « Ces produits devraient être commercialisés en 2017 », explique le journal.

Le Parisien Dimanche – Ile de France, TF1, Lci.Tf1.fr, 17/04

En Bref

Le Figaro, qui publie un dossier consacré aux démences, explique que « des progrès s’annoncent avec un repérage plus précoce » des pathologies qui en sont la cause. Les démences « ne sont pas toutes d’Alzheimer », explique le quotidien. Ce dernier indique : « Avant 65 ans, seules 50% sont dues à la maladie d’Alzheimer, 70% au-delà ».

Le Figaro, 18/04

Le cancer de la prostate est dorénavant détecté « plus finement » grâce à l’IRM. « Elle permet d’éviter les biopsies (…) qui peuvent entraîner des complications, de mieux les cibler sur les zones suspectes et de sélectionner les tumeurs qui doivent être surveillées ou soignées » indique Michaël Peyromaure, chef du service d’urologie à l’hôpital Cochin, à Paris. Du côté des traitements, la palette s’est également élargie avec l’ablation de la prostate, la radiothérapie, la curiethérapie ou encore les thérapies focales.

Le Journal du Dimanche, 17/04

Rechercher
dans les Synthèses de presse


Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.




fermer
fermer
RSS Youtube