Synthèse de presse

19 janvier 2015

12h36 | Par INSERM (Salle de presse)

Réparation d’un cœur au moyen de cellules cardiaques dérivées de cellules souches

Philippe Menasché et son équipe du service de chirurgie cardiovasculaire de l’hôpital européen Georges Pompidou, ont pratiqué avec succès une greffe de cellules cardiaques dérivées de cellules souches embryonnaires humaines, indiquent l’AFP, Le Monde, France 3 et Le Télégramme. La patiente, en insuffisance cardiaque sévère, se porte bien trois mois après l’intervention. Cette avancée prometteuse a été présentée vendredi 16 janvier 2015 aux 25èmes Journées Européennes de la Société Française de Cardiologie. Cette thérapie repose sur un procédé développé par Jérôme Larghero, Unité Inserm 1160 « Alloimmunite – Autoimmunite – Transplantation », souligne l’agence de presse. Le Monde explique que « l’équipe des professeurs Menasché et Larghero a mis au point une méthode plus précise que l’injection de cellules en vrac : un ‘‘patch’’, sorte de tissu dans les mailles duquel se trouvent les précurseurs de cellules cardiaques ».

Retrouvez le communiqué « Thérapie cellulaire de l’insuffisance cardiaque : première implantation de cellules cardiaques dérivées de cellules souches embryonnaires humaines » sur la salle de presse.

AFP, 16/01, France 3, Le Monde, 17/01, Le Télégramme, 18/01

En Bref

Alain Carpentier, inventeur du cœur artificiel Carmat, a annoncé que l’homme de 68 ans, implanté il y a cinq mois au Centre Hospitalier Universitaire de Nantes, a pu rentrer chez lui le 2 janvier, indique Le Parisien. Il s’agit du deuxième patient équipé d’un cœur Carmat, le premier étant décédé 74 jours après l’intervention.

Le Parisien, 19/01

Un sondage Odoxa, commandé par Le Figaro en partenariat avec France Inter et la chaire santé de Science Po, révèle que seuls 5% des malades se sont déjà vu recommander l’utilisation de technologies connectées par leur médecin, alors que leur utilité est très largement reconnue. « 70% des personnes souffrant de maladie chronique ou d’affection longue durée se déclarent prêts à être équipés de dispositifs connectés médicaux dans le cadre du suivi de leur pathologie », ajoute le journal.

 Le Figaro, 19/01

L’Autorité Américaine des médicaments, La Food and Drug Administration (FDA), a donné son autorisation à la commercialisation d’un implant pour traiter l’obésité, indique Le Parisien. Cet implant comporte une pile rechargeable et des électrodes implantées dans l’abdomen. « Il envoie des pulsions électriques au nerf pneumogastrique, qui joue un rôle dans le contrôle de la satiété, en signalant au cerveau si l’estomac est vide ou plein ».

Le Parisien, 19/01

#JesuisCharlie

Rechercher
dans les Synthèses de presse


Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.




fermer
fermer
RSS Youtube