Synthèse de presse

02 décembre 2013

12h14 | Par INSERM (Salle de presse)

Le rôle des neurotransmetteurs dans la dépression

Les Echos soulignent que « de nouvelles études viennent confirmer le rôle clef des neurotransmetteurs dans le déclenchement de la dépression ». Une équipe de chercheurs, dirigée par Emmanuel Valjent, de l’Institut de génomique fonctionnelle de Montpellier, a mis en évidence « une relation de cause à effet entre la perturbation des gènes codant » pour les cryptochromes, les protéines photoréceptrices de la lumière bleue impliquées dans les rythmes biologiques, et « des comportements (notamment une aversion pour les espaces ouverts) décrits comme anxieux chez l’animal », souligne le quotidien. Selon Emmanuel Valjent, dont les travaux ont été publiés dans Frontiers in Behavioral Neuroscience, « nos résultats indiquent clairement que, outre leur rôle critique dans la régulation de l’horloge moléculaire, les cryptochromes participent directement au contrôle de l’état émotionnel ». Les Echos expliquent qu’avec cette découverte, « les scientifiques pensent tenir un maillon supplémentaire de la longue chaîne de responsabilités de la dépression nerveuse ». Laurence Lanfumey-Mongrédien, du Centre de psychiatrie et neurosciences (Inserm), souligne que « le système nerveux des personnes déprimées montre une diminution de l’activité de plusieurs neurotransmetteurs comme la dopamine, la noradrénaline et la sérotonine ». Le quotidien rend compte également du projet européen Devanx, auquel participent six laboratoires, dont l’Inserm, qui ont révélé le rôle de circuits anormalement activés, comme celui de Gaba (acide gamma-aminobutyrique).

Les Echos, 02/12

Espoir dans la lutte contre le glioblastome

Une équipe de chercheurs de l’Université de Zurich (Suisse) vient de montrer « un traitement inégalé » du glioblastome, le cancer du cerveau le plus courant et incurable, dans son modèle le plus proche chez la souris, rapporte Le Figaro. La stratégie, utilisée par l’équipe de Burkhard Becher et présentée dans The Journal of Experimental Medicine, a consisté à neutraliser, par un anticorps spécifique, les « lymphocytes T régulateurs », induites par le glioblastome, qui désamorcent les attaques de l’organisme contre la tumeur. Les chercheurs ont également introduit « une petite protéine soluble appelée ‘‘interleukine 12’’ (IL12), connue pour activer les cellules immunitaires qui détruisent le glioblastome », explique le quotidien. Libéré de toute entrave, le système immunitaire des souris a complètement éliminé la tumeur à un stade avancé et fait passer le taux de survie des animaux de 0 à 80%. Daniel Olive, directeur de recherche au Centre de recherche en cancérologie de Marseille, estime que « ces résultats sont remarquables par la durée de survie des souris traitées et ils confirment que l’immunothérapie est une piste importante dans le traitement des glioblastomes ».

Le Figaro, 30/11

En Bref

Le Figaro indique l’existence désormais d’un médicament délivré par voie buccale contre les crises d’épilepsie prolongées chez l’enfant. Il peut être utilisé en urgence par les parents voire même à l’école. Il s’agit de Buccolam, solution de midazolam en seringues prédosées à injecter entre la gencive et la joue. Cinq études cliniques concernant les crises convulsives et comparant midazolam et diazépam (solution rectale proposée jusqu’à présent mais pénible à utiliser), ont montré une efficacité et un niveau de risques comparables. Le Figaro, 02/12 

Le Journal du dimanche rend compte de la nouvelle série de mesures annoncée par la ministre de la Santé, Marisol Touraine, en vue d’endiguer le sida. Cette dernière indique qu’une campagne de prévention, notamment en direction des jeunes, est lancée dès le 2 décembre. Parmi les mesures, figure une baisse du prix des préservatifs, « la meilleure défense » contre le virus, explique-t-elle au journal. Elle confirme également la volonté de poursuivre le dépistage ciblé à destination des populations à risques et de développer les autotests. Le Journal du dimanche, 01/12

Dans un entretien à La Recherche, Martine Bungener, directrice de recherche au CNRS, économiste et sociologue de la santé au centre de recherche médecine, santé mentale et société CNRS/Inserm/EHESS/université Paris-Descartes de Villejuif, explique que « les grosses affaires de fraude » scientifique, « très médiatisées, me semblent moins préoccupantes que les petits manquements quotidiens à l’intégrité scientifique ». Déléguée à l’intégrité scientifique au sein de l’Inserm de 1999 à 2008, elle souligne les problèmes les plus fréquents à résoudre. Parmi ceux-ci figurent surtout « des conflits entre chercheurs à propos des signatures d’un article ». La Recherche, 01/12

Les Echos, qui publient un dossier « spécial Marseille », souligne « l’émergence de filières innovantes qui naissent dans les pôles de recherche et de compétitivité » ce qui permet de redresser l’économie phocéenne. Ainsi, à Luminy, 780 chercheurs sont regroupés dans un « immunopole » et « des centres de recherche stratégiques pour l’industrie ont ouvert ou sont en passe de l’être », explique le quotidien. « Ils propulsent Marseille au premier rang de l’immunologie », indique Bernard Malissen, qui a récemment inauguré son Centre d’immunophénomique (Ciphe). Le journal présente notamment Innate Pharma, qui « fait appel à une trentaine de sous-traitants des biotechs et a noué des collaborations stratégiques de recherche avec l’Inserm ». Les Echos, 02/12

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube