Synthèse de presse

23 septembre 2014

11h59 | Par INSERM (Salle de presse)

La 3D pour améliorer le choix des embryons lors de Fécondation In Vitro (FIV)

L’AFP rend compte du développement par le Centre Hospitalier Régional Universitaire de Montpellier, en collaboration avec l’Inserm, l’Université Montpellier 1 et la société Tridology, d’un système permettant d’observer et d’imprimer en 3D l’embryon humain préimplantatoire. Le Professeur Samir Hamamah, chef du département de reproduction in vitro du CHRU de Montpellier, explique : « Jusqu’à présent dans le cas d’une Assistance Médicale à la Procréation (AMP), on observait les embryons au microscope sur un seul plan. Avec cette avancée médicale, nous prenons plusieurs plans de l’embryon que nous plaçons dans un logiciel, ce qui permet de le reconstituer et de l’imprimer également en 3D ». Cette technique pourrait permettre à terme de multiplier par deux le taux de réussite de la FIV qui est actuellement de 20%. Le Professeur Hamamah souligne que cette méthode est employée dans « un respect total de l’éthique ».

AFP, 22/09 L’Hérault du Jour, L’indépendant, 23/09

En Bref

L’Agence de la biomédecine va autoriser, à partir du mois prochain, les prélèvements d’organes dits « à cœur arrêté » sur des « donneurs décédés dans le cadre d’une limitation ou d’un arrêt des thérapeutiques », souligne Libération. Ce changement devrait permettre d’augmenter de 10 à 20% les donneurs potentiels. En France, à ce jour, les prélèvements d’organes ne sont autorisés « qu’après le constat de la mort encéphalique, c’est-à- dire après la réalisation de deux encéphalogrammes plats, preuve que la personne n’a plus aucune activité cérébrale. » Cette nouvelle pratique, réalisée dans quelques centres pilotes, concernera essentiellement les greffes de rein et de poumon. Selon l’Agence de la biomédecine, l’élaboration d’un protocole précis et rigoureux permettrait d’éviter toute précipitation.

Libération, 23/09

La start-up BioSerenity a mis au point un dispositif, sur le modèle du vêtement intelligent, permettant un meilleur suivi à domicile des patients atteints dépilepsie, souligne La Tribune. Cette méthode permettra également d’affiner le diagnostic. Le quotidien indique que « Les paramètres physiologiques collectés seront enregistrés dans le cloud, via un smarphone et sur de longues périodes ». La tenue comprend un tee-shirt et un bonnet tous deux équipés de 35 capteurs biométriques.

La Tribune, 23/09

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube