Synthèse de presse

24 juin 2014

12h50 | Par INSERM (Salle de presse)

Le café et ses effets bénéfiques

Le Parisien rend compte d’un ouvrage rédigé par Astrid Nehlig, chercheuse de l’Inserm, qui estime que le café a des « vertus insoupçonnées » pour la santé. La chercheuse indique : « On vient de se rendre compte qu’il a des effets antibactériens qui protègent nos dents des caries ». Selon elle, le café contiendrait par ailleurs « des antioxydants qui permettent de lutter contre le développement de la cataracte, et la caféine permet aussi de mieux récupérer après une anesthésie ». Le Parisien ajoute que le principal intérêt du café résidrait dans le fait qu’il améliore la concentration. Astrid Nehlig explique : « Avec le café, on est plus concentré sur sa tâche. On élimine les distractions de l’environnement. On est capable de se concentrer plus longtemps ». Cependant, à haute dose, le café provoque agressivité et énervement et « peut aussi développer le rythme cardiaque », précise-t-elle. Et de souligner : « On estime que l’on peut tout à fait prendre quatre à cinq tasses de café par jour, ou six à sept petits expressos des bars. Après, c’est trop ».

Le Parisien, 24/06

Le cerveau des enfants développé par la musique

Une équipe de chercheurs en neurosciences de l’Université de Harvard et du Boston Children’s Hospital (Etats-Unis) ont découvert que « la musique affûte le cerveau des enfants », rapporte Le Figaro. Le quotidien explique que, selon les travaux des chercheurs, qui ont comparé une quinzaine d’enfants musiciens avec une douzaine d’enfants non musiciens, de QI et de niveau socio-économique équivalents, « la pratique régulière d’un instrument dès le plus jeune âge favoriserait les fonctions exécutives du cerveau, celles qui permettent de s’adapter à des situations nouvelles ou complexes ». Outre des tests psychométriques, les chercheurs ont réalisé des examens d’imagerie cérébrale (IRM fonctionnelle) qui « confirment un surcroît d’activité dans des zones du cortex préfrontal du cerveau impliqué dans les fonctions exécutives », ajoute le journal.

Le Figaro, 24/06

En Bref

Le Quotidien du Médecin explique que « le challenge des prochaines années » dans le domaine du cancer est de « cibler les cellules souches tumorales ». Le journal indique que les cellules souches « se divisent lentement et sont donc moins sensibles aux chimiothérapies classiques : les cellules souches tumorales pourraient être responsables de l’extension ou la rechute d’un cancer malgré des traitements efficaces ». Le Quotidien du Médecin, 23/06

Dans un article intitulé : « Nanomédicaments : une nouvelles pharmacopée », l’hebdomadaire Egora explique : « Principalement utilisés en cancérologie, [les nanomédicaments] pourraient à l’avenir transformer radicalement nos conceptions de la pharmacologie, et ouvrir de nouvelles portes en infectiologie, cardiologie, imagerie… » Selon Cédric Chauvierre (Inserm, unité 1148), la toxicité potentielle des nanoparticules explique que la recherche soit surtout concentrée sur la cancérologie. Par ailleurs, le journal cite le projet NanoAthero, financé par la Commission européenne et coordonné par Didier Letourneur (Inserm, U1148), pour le diagnostic et le traitement de l’athérome et des AVC ischémiques. Egora, 23/06

Les Echos soulignent que, selon les données de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), les ventes de médicaments ont chuté en France, en 2013, de 1,4%, à 26,8 milliards d’euros (après un recul de 1,5% en 2012). Selon le journal, seuls les produits hospitaliers ou très innovants pour les pathologies lourdes tirent leur épingle du jeu. Par ailleurs, Le Parisien explique que l’ANSM a constaté une « chute vertigineuse » des ventes des pilules de 3e et 4e générations de janvier 2013 à avril 2014, soit -48% en 16 mois. Les Echos, Le Parisien, 24/06

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube