Synthèse de presse

24 juillet 2017

11h54 | Par INSERM (Salle de presse)

La conférence internationale de recherche contre le sida à Paris s’inquiète de la tournure que prend la politique publique des États-Unis en matière de lutte contre le VIH

Comme le précise le journal télévisé du 19.45 sur M6, qui a pour l’occasion interrogé Yves Levy, directeur de l’Inserm et du programme de recherche vaccinale Vaccine Institute Research, les membres de la conférence internationale de de recherche contre le sida, qui se tient au Palais des Congrès à Paris, « sont inquiets d’un recul possible des financements américains » dans la lutte contre le sida. Comme le précise l’AFP, le président des États-Unis, Donald Trump, prévoit en effet des « coupes budgétaires » en la matière. L’AFP relate notamment l’inquiétude de la chercheuse Linda-Gail Bekker, présidente de la Société internationale du sida (IAS) et coorganisatrice de la conférence avec l’ANRS, qui estime que « des coupes draconiennes dans la recherche et le financement de la lutte contre le sida seraient une catastrophe que nous ne pouvons pas nous permettre ». Par ailleurs, ce lundi 24 juillet, la chercheuse rencontrera le président français, Emmanuel Macron. Ce dernier a en effet organisé une réunion à laquelle assisteront également Florence Thune, directrice générale de Sidaction, François Dabis, directeur de l’ANRS et Yves Levy. 

AFP, 23/07, M6, 23/07

En Bref

Le Monde signale une « crise profonde à l’Agence nationale de la recherche » dont le président, Michael Matlosz, « a été écarté par la ministre de l’Enseignement supérieur ». Auditionnée par le Sénat ce 11 juillet, Frédérique Vidal avait dit sa volonté de « clarifier le rôle des acteurs de la recherche ». Cependant, comme le précise le quotidien, le « Syndicat national des chercheurs scientifiques ne cesse de dénoncer la part grandissante de l’ANR. Dans leur collimateur, notamment, les neuf “défis sociétaux”, catégorie dans laquelle les projets sont choisis selon des priorités thématiques transversales. Non seulement cela empiète sur le terrain des organismes (CNRS, INSERM…), mais « cela conduit à tordre un projet de maths pour le faire entrer dans la case énergie propre ou sécurité alimentaire, précise-t-on dans l’entourage de la ministre ». Le Monde, 22/07

Le site Lequotidiendumedecin.fr nous apprend que le « Royaume-Uni veut démocratiser le séquençage du génome entier ». Ce projet est soutenu par le professeur Dame Sally Davies, hématologue et conseillère médicale du gouvernement. Le Quotidien du Médecin précise qu’« elle veut faire du séquençage un outil de base dans la prise en charge des cancers et des maladies rares ». Ce dessein rappelle largement le projet du Professeur Yves Levy, directeur de l’Inserm qui « a en effet remis il y a un an à Manuel Valls un “Plan France génomique 2025”, qui vise notamment à atteindre les 235 000 séquençages par an dès 2020», selon les termes du site internet. Lequotidiendumedecin.fr, 21/07

Il semble désormais possible de détecter une pathologie grâce à l’haleine. En effet, « Un « nez » électronique s’est montré capable de reconnaître 17 maladies à partir de l’air exhalé par les patients », indique le site de la revue Le Point. Cette expérience résulte « d’une collaboration internationale [qui] a réuni […] 14 laboratoires dont, en France, l’unité Inserm Hypertension artérielle pulmonaire dirigée par le Pr Marc Humbert, de l’université Paris Sud ». Lepoint.fr, 21/07

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube