Synthèse de presse

25 novembre 2013

12h11 | Par INSERM (Salle de presse)

Première plainte en France contre le Gardasil

Une plainte a été déposée, le 22 novembre, pour la première fois en France, contre le Gardasil, le vaccin prévenant des lésions du col de l’utérus de Sanofi Pasteur MSD, souligne Le Journal du Dimanche. « Océane Bourguignon, une Landaise de 18 ans, accuse le vaccin Gardasil d’avoir provoqué sa maladie du système nerveux central, sclérose en plaques ou encéphalomyélite aiguë disséminée », rapporte le journal. Outre le laboratoire, est également visé par la plainte, Dominique Maraninchi, le directeur général de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. Quelques dizaines de jeunes femmes, atteintes de scléroses en plaques ou myofasciites à macrophages, dénoncent les « dangers » du Gardasil, qui est prescrit à un tiers des adolescentes et a été abusivement présenté comme le premier « vaccin anticancer » par les médias et de nombreux médecins.

Le Journal du Dimanche, 24/11

Traitement de la leucémie myéloïde chronique

Le Figaro se penche sur le traitement de la leucémie myéloïde chronique, un cancer des globules blancs sanguins. Le Pr Philippe Rousselot, professeur d’hématologie à l’université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, explique que cette maladie « peut désormais être traitée dans 90 à 95% des cas ». Le traitement est désormais mieux maîtrisé et personnalisé, explique le quotidien. Le Pr François Guilhot, directeur de recherche Inserm et responsable du service d’oncologie hématologique et thérapie cellulaire au CHU de Poitiers, souligne : « Les équipes françaises sont particulièrement avancées sur des études qui visent à trouver des combinaisons thérapeutiques permettant à la fois de détruire les cellules leucémiques et de moduler le système immunitaire pour protéger du risque de rechute ». Il ajoute : « Le grand défi est aujourd’hui d’envisager de se permettre d’arrêter le traitement lorsque la rémission moléculaire est atteinte ».

 Le Figaro, 25/11 

En Bref

Une équipe de chercheurs de l’Inserm, du CNRS et de l’université Paris-Sud, dont les travaux sont publiés dans Cancer Research, a montré que « l’heure de tolérance maximale à l’irinotécan, un médicament anticancéreux largement utilisé, variait de 8 heures selon le sexe et le patrimoine génétique des souris cobayes ». Elle a réussi à construire un modèle mathématique capable de prévoir, pour chaque animal, cette heure optimale. Les Echos, 25/11

« La Journée mondiale de lutte contre le sida, le 1er décembre, sera l’occasion de faire le point sur l’épidémie », souligne La Croix. Le quotidien explique que l’épidémie est « toujours meurtrière ». Selon les derniers chiffres publiés récemment par l’Onusida, 35 millions de personnes vivaient avec le sida, l’an passé, dans le monde. En 2012, le VIH a tué 1,6 million de personnes. La Croix, 25/11

Marianne publie une enquête sur les casques audio et les oreillettes, utilisés par les jeunes, et le risque de surdité. Yves Cazals, spécialiste de la surdité à l’Inserm, qui, rappelle le journal, a récemment dirigé une étude sur les « expositions aux niveaux sonores élevés de la musique » pour le Haut Conseil de la santé publique, évalue à environ 5 millions le nombre de Français qui pourraient être victimes d’une perte d’audition à cause d’une écoute trop longue et à trop fort volume. Selon lui, « avec l’augmentation du nombre d’utilisateurs de baladeurs et le vieillissement de la population, on accumule le danger d’avoir une partie de la population active handicapée par une surdité irréversible ». Marianne, 23/11 

Selon un sondage exclusif OpinionWay pour l’observatoire de la santé Le Figaro-Weber Shandwick, mené auprès de 1 003 personnes âgées de 18 ans et plus, une majorité de Français « pense que le déficit de la Sécurité sociale est surtout dû aux abus et fraudes », souligne Le Figaro. Par ailleurs, deux tiers des Français affirment « toujours respecter leurs ordonnances », ajoute le quotidien. Le Figaro, 25/11

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube