Synthèse de presse

26 mai 2014

12h26 | Par INSERM (Salle de presse)

L’influence de la flore intestinale sur nos émotions et l’obésité

Dans un article intitulé « Notre ventre, une intelligence supérieure… », Les Echos s’intéressent aux recherches menées sur « l’intelligence » de l’appareil digestif, qui possède « une indépendance d’action » et a la capacité de « régir nos émotions ». Le quotidien présente notamment les travaux des chercheurs de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) qui ont montré l’influence de la flore intestinale dans l’obésité chez la souris. Pour Michel Neunlist, chercheur Inserm à l’Institut des maladies de l’appareil digestif, « le ventre est notre premier cerveau, voire notre cerveau original (…) ». Le journal mentionne également le projet européen METACARDIS, coordonné par l’Inserm, qui consiste à identifier les bactéries associées aux maladies cardiovasculaires. Les chercheurs de 14 instituts européens procèderont pendant 5 ans au séquençage de la flore intestinale. Doté de 20 millions d’euros, METACARDIS « s’appuie sur une cohorte de 2 000 individus recrutés en France, en Allemagne et au Danemark », ajoute le quotidien. L’objectif final est « la mise en place d’outils de diagnostic et de traitements personnalisés pour les patients atteints de maladies cardio-métaboliques ».

 Les Echos, 26/05

Le retard de croissance intra-utérin

La fondation PremUp a publié, jeudi, une étude destinée à « alerter sur l’urgence de la recherche » portant sur le retard de croissance intra-utérin (RCIU), indique Le Journal du Dimanche. Le journal explique que ce retard de croissance est dû à « une anomalie dans la circulation sanguine du placenta ». Et d’ajouter qu’« aujourd’hui, seul un RCIU sur cinq est diagnostiqué avant la naissance », les marqueurs précoces d’un retard de croissance n’étant pas connus. Olivier Baud, chef du service de réanimation néonatale à l’hôpital Robert-Debré (Paris), explique les raisons du manque d’intérêt de la recherche dans ce domaine : « Comme cette complication touche le fœtus de façon globale, cela demande un panel de compétences très larges, et peu de laboratoires en disposent ». Le projet PremUp qu’il coordonne a pour objectif « d’améliorer le diagnostic prénatal en observant sur des animaux la manière dont l’organisme s’adapte génétiquement à ces dysfonctionnements », ajoute le journal. Le Journal du Dimanche, 25/05

Le Journal du Dimanche, 25/05

En Bref

Dans le cadre des 50 ans de l’Inserm, une journée exceptionnelle a eu lieu le 23 mai dans 14 villes de France et 17 laboratoires qui « ont ouvert leurs portes aux patients atteints de maladies rares dites orphelines », indique l’ensemble des médias régionaux. L’unité de génétique médicale et génomique fonctionnelle à Marseille dirigée par le Pr Nicolas Levy notamment a participé à cet événement. Deux autres journées, le 3 octobre et le 28 novembre, auront pour thèmes respectifs « Nutrition et maladies métaboliques » et « Maladies neurodégénératives ». La Marseillaise, L’Union, France 3 Alsace, France 3 Centre, 23/05, Les Dernières Nouvelles d’Alsace, Le Télégramme, La Marseillaise, La Provence, La Nouvelle République, France 3 Alpes, 24/05

Le Journal du Dimanche indique que, « selon un document interne du Comité pour l’évaluation des risques en matière de pharmacovigilance (Prac) […], les experts européens sont divisés » sur la question du Gardasil. Se basant sur une analyse de la base EudraVigilance, les experts constatent « un très léger accroissement du risque d’atteintes cérébrales (encéphalomyélites aiguës disséminées) chez les filles vaccinées », rapporte le journal. Les spécialistes sont divisés quant à l’alerte à donner ou pas aux familles européennes. Selon Nicolas Ferry, de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), « s’il est avéré, c’est un risque minime, inférieur à 1 pour 100 000 vaccinations. Le produit est sûr ».Le Journal du Dimanche, 25/05

Olivier Oullier, professeur à Aix-Marseille Université, spécialisé en psychologie et neurosciences, publie dans Les Echos une chronique intitulée « Un grand pas pour l’exosquelette ». Il y rend compte des « spectaculaires résultats », publiés dans la revue Brain, des chercheurs d’un centre médical de l’université de Californie à Los Angeles (Ucla). Il indique : « Grâce à un dispositif de stimulation électrique péridurale, ils ont permis à 4 personnes paraplégiques de déclencher des mouvements volontaires de leurs jambes ». Les Echos, 26/05

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube