Synthèse de presse

28 avril 2014

12h50 | Par INSERM (Salle de presse)

Mélanome cutané : des essais aux résultats prometteurs

Le Figaro s’intéresse aux progrès réalisés dans la recherche sur le mélanome cutané. Le quotidien précise qu’environ 9000 nouveaux cas de mélanome malin et 1600 décès sont recensés chaque année en France. Sa capacité à faire des métastases fait de lui le plus dangereux des cancers de la peau. Le Pr Jean-Jacques Grob, dermato-oncologue (CHU Timone Marseille), explique que « des molécules nouvelles, thérapies ciblées ou immunothérapies, sont en essais cliniques, comme traitements adjuvants ». Le Pr Caroline Robert, dermato-oncologue (IGR, Villejuif et Inserm) ayant participé aux essais, évoque le développement de deux immunothérapies, le nivolumab et le MK3475 : « Très bien toléré avec 30-40% de réponses, souvent durables, et 80% de survies à un an, le second est en développement aux Etats-Unis. Nous espérons en disposer très vite en France ». Le journal souligne par ailleurs que la journée annuelle de prévention des cancers de la peau se déroulera le 22 mai prochain.

Le Figaro, 28/04

Le cancer du pancréas, ce « serial killer »

Le Journal du Dimanche se penche sur le cancer du pancréas présenté comme un « serial killer » : 11 000 nouveaux cas, « et presque autant de décès », sont recensés chaque année en France. Le journal mentionne une étude prospective italienne qui confirme un recul en 2014 de la mortalité causée par le cancer en Europe, mais qui souligne des problèmes rencontrés pour traiter les tumeurs de pancréas. Barbara Bournet, gastro-entérologue au CHU de Toulouse, achève la première phase d’un essai ayant pour objectif de booster l’efficacité des chimiothérapies classiques. Elle constate que « la survie s’améliore, l’imagerie montre une régression partielle des lésions malheureusement sans effet sur les métastases ». Le journal évoque également une deuxième piste de progrès dans la prise en charge du cancer du pancréas souvent diagnostiqué tardivement : « une meilleure sélection des patients pouvant être opérés (environ 15%) ».

Le Journal du Dimanche, 27/04

En Bref

Libération s’intéresse à l’impression 3D. Fabien Guillemot, chercheur à l’unité de bio-ingénierie de l’Inserm à Bordeaux, qui a pour objectif d’imprimer des cellules humaines vivantes, explique : « La bio-impression aide la recherche fondamentale parce qu’elle permet d’imprimer en haute résolution les constituants d’un tissu de peau, de cornée ou d’os et d’expérimenter leur organisation en trois dimensions, ce qui est révolutionnaire ». Des tissus synthétiques peuvent par exemple être employés pour des tests en pharmacologie ou en cosmétologie. Selon lui, des applications cliniques pour des greffes de l’homme pourraient être programmées d’ici sept à dix ans.

Libération, 28/04

Dans un article intitulé « La douleur… qui s’en soucie encore ? », Le Généraliste souligne que certains praticiens se sentent démunis face aux douleurs chroniques de leurs patients. Les patients seraient pénalisés par le « manque d’innovations thérapeutiques, le retrait de certains antalgiques, la fragilisation des centres de la douleur ». Selon Alain Eschalier, directeur du laboratoire de pharmacologie fondamentale et clinique de la douleur à l’université d’Auvergne et à l’Inserm, explique : « La pharmacologie des antalgiques est ancienne. Il n’y a pas de véritable innovation thérapeutique depuis les années 2000 ».

Le Généraliste, 25/04

Le quotidien Les Echos publie un article sur les nanomatériaux et leurs effets sur la santé « difficiles à évaluer ». Selon le journal, la difficulté réside dans le fait que les nanomatériaux sont « constitués de particules d’une taille comprise entre 1 et 100 nanomètres et entrant dans la composition d’un grand nombre d’objets du quotidien ». Un rapport sur les risques qu’ils représentent pour la santé humaine sera dévoilé par l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) au mois de mai.

Les Echos, 28/04

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube