Synthèse de presse

28 janvier 2013

13h13 | Par INSERM (Salle de presse)

Un projet de simulation de l’encéphale en lice pour devenir un programme phare européen

Le Monde indique, dans son édition Science & techno, que la Communauté européenne « rendra son verdict officiel » concernant les deux programmes phares de recherche ou « flagships » (« vaisseaux amiraux ») qu’elle choisira de financer dans le domaine des « technologies futures émergentes ». Les deux élus recevront un milliard d’euros sur dix ans. Parmi les six projets officiellement en lice, figure celui, appelé Human Brain Projet (HBP), visant à « créer de nouveaux outils pour simuler le cerveau humain ». Le journal explique que « HBP est un audacieux projet de cerveau virtuel, fédérant 256 laboratoires de 24 pays ». Ce projet, dont le « porte-drapeau » est Henry Markram, neurobiologiste de l’Ecole fédérale polytechnique de Lausanne (EPFL), comporte cependant quelques interrogations et promesses excessives. Parmi ces dernières figure l’idée que le projet HBP puisse un jour « permettre de guérir les maladies neurodégénératives », explique Le Monde. Stanislas Dehaene, du Commissariat à l’énergie atomique (Neurospin-CEA-Inserm), souligne : « L’erreur classique, dans l’appréciation du projet Human Brain, est de penser que c’est un projet pharaonique. L’objectif n’est pas de simuler chaque synapse de chaque neurone de tout le cerveau. Nous allons créer des modèles réalistes de petits circuits pour en abstraire les propriétés. (…) Un laboratoire développant un nouveau médicament, par exemple, choisira une simulation très réaliste à l’échelle des neurotransmetteurs ».

Consulter le communiqué de presse Le Monde, édition Science & Techno, 26/01

Diane 35 soupçonné d’avoir causé 200 décès

Une réunion d’urgence sur les contraceptifs oraux se tiendra cet après-midi à l’Agence du médicament. Les conclusions d’un rapport sur les effets indésirables de Diane 35  y seront notamment examinées. Depuis 1987, date de la mise sur le marché de l’anti-acnéique utilisé comme contraceptif, l’Agence a répertorié 7 décès liés à la prise de la molécule, dont 4 directement imputables à celle-ci. Mais d’après certains experts, ce chiffre est amplement sous-estimé. La raison serait une méthode de surveillance inadaptée. Selon le système de pharmacovigilance actuel, les médecins doivent penser à faire le lien entre un médicament et des effets indésirables pour faire une déclaration. L’Agence du médicament a demandé aux CHU d’Amiens et de Brest d’utiliser les données de leur « Programme de médicalisation des systèmes d’information » (PSMI) pour Diane 35. Selon cette méthode, sur les 155 femmes ayant été hospitalisées à Brest entre 1998 et 2012 pour une AVC ou une embolie pulmonaire concomitante avec la prise de Diane 35, 3 sont décédées. « Extrapolé à l’ensemble de la population française [sur la même période], le nombre de décès serait de 200 », souligne Le Figaro. D’après l’avocat Jean-Christophe Coubris, cité par Aujourd’hui en France Dimanche, des centaines de femmes s’apprêteraient à porter plainte après avoir subi un AVC ou une embolie sous pilule, alors qu’elles n’avaient aucun facteur de risque préalable.

Le Figaro, 28/01, Aujourd’hui en France Dimanche, 27/01

En Bref

Le Figaro publie un dossier sur la perte d’audition et la nécessité de prendre en charge ce « problème majeur de santé publique chez les personnes âgées ». Selon une étude publiée dans JAMA Internal Medicine du 21 janvier et menée auprès de 1 000 Américains de 77 ans en moyenne, suivis pendant six ans, il existerait un lien entre la perte d’audition due à l’âge et un déclin cognitif plus rapide. Le Pr Jean-Luc Puel (Inserm U1051, Montpellier) rend compte, dans le journal, des recherches menées sur la presbyacousie : « Nous avons développé chez l’animal un système de petite pompe derrière l’oreille qui distille de faibles quantités de molécules anti-apoptotiques directement dans la cochlée, qui retarde la mort de la cellule ciliée ». Le Figaro, 28/01 [/2_bref_para]

Une équipe de la Johns Hopkins University a élaboré un outil qui permettrait, grâce à des algorithmes que ses chercheurs ont conçus avec l’aide d’informaticiens, d’utiliser le micro-blogging de Twitter pour suivre l’évolution de l’épidémie de grippe hivernale, en fonction du contenu sémantique des messages postés. L’algorithme est notamment capable de différencier les tweets où les rédacteurs disent avoir attrapé la grippe de ceux où ils craignent simplement de tomber malade. Des chercheurs d’une autre université américaine, Brigham Young, ont constaté, en analysant plus de 24 millions de tweets d’un total de 10 millions d’utilisateurs du réseau social, que « la distribution de tweets est à peu près similaire à la distribution de la population, ce qui nous donne une bonne représentation du pays ». C’est ce qu’explique Christophe Giraud-Carrier, l’un des auteurs de l’étude, publiée dans The Journal of Medical Internet Research. L’avantage de ce système par rapport aux dispositifs de surveillance épidémiologique classiques est que les informations sont obtenues en temps réel, ce qui ouvre la porte à des mesures préventives. La Tribune, 28/01
Des chercheurs de l’école de médecine de Tel-Aviv viennent de publier dans Plos One une étude affirmant que la médecine hyperbare pourrait trouver un nouveau champ d’application dans la restauration des fonctions neurologiques endommagées après un AVC, un traumatisme crânien ou certaines maladies métaboliques. Augmenter le taux d’oxygène de l’air ambiant permettrait de réveiller les neurones « endormis », ont constaté ces chercheurs en observant l’activité cérébrale des volontaires par imagerie médicale. « Il est maintenant bien établi que beaucoup de troubles cérébraux sont dus à un manque d’efficacité de la distribution d’énergie dans le cerveau », affirme le premier auteur de l’étude, le Dr Shai Efrati. Le Figaro, 28/01

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube