Synthèse de presse

29 octobre 2012

13h16 | Par INSERM (Salle de presse)

Un essai thérapeutique innovant pour les myopathes, atteints de dystrophie FSH

Les premiers résultats d’un essai thérapeutique innovant, pour les myopathes, atteints de dystrophie FSH (facio scapulo humérale), ont été présentés ce week-end à Agde (Hérault), en présence d’une centaine de malades, indique l’AFP. Le Pr Jacques Mercier, chef du service physiologie clinique au CHRU de Montpellier et directeur de l’unité physiologie et médecine expérimentale du cœur et des muscles à l’Inserm, indique que cette innovation permet d’espérer la mise en place d’un traitement améliorant « la force musculaire des patients, mais en aucun cas une guérison de la maladie ». Cet essai thérapeutique, mené jusqu’à mi-septembre au CHRU de Montpellier auprès de 54 patients pendant 17 semaines, a consisté à leur fournir un apport « en antioxydants », explique l’agence de presse. Selon le chercheur, « En améliorant la fonction musculaire, nous pouvons espérer une stabilisation de la pathologie et un quotidien meilleur pour les patients. C’est très encourageant. Dans un an et demi, un traitement devrait être accessible ».

AFP, 27/10

L’indemnisation des victimes du Distilbène

La cour d’appel de Paris a condamné, le 26 octobre, les laboratoires UCB Pharma et Novartis à indemniser une plaignante atteinte d’un cancer de l’utérus dont la mère avait pris du Distilbène (UCB Pharma) ou du Stilboestrol (Borne, aujourd’hui Novartis), souligne Le Monde. Selon le professeur de droit de la santé et de l’environnement, Laurent Neyret, cet arrêt « devrait donner de l’espoir aux victimes qui n’arrivent pas à démontrer l’identité du laboratoire qui a mis sur le marché le médicament pris par leur mère ou grand-mère ». En revanche, une autre plaignante a été déboutée faute de preuves suffisantes du lien entre l’infertilité dont elle souffre et l’exposition in utero à la molécule diéthylstilboestrol (DES).

Le Monde, 28/10

En Bref

Les Echos se demandent s’il est possible de « lire dans le cerveau des accusés » grâce à l’« imagerie fonctionnelle » (IRMf). Les neurologues mettent en garde contre l’utilisation des progrès de l’imagerie cérébrale fonctionnelle pour dire si un accusé ment. Hervé Chneiweiss, directeur de recherches au CNRS et directeur d’unité à l’Inserm, explique : « (…) Comprendre les mécanismes de la pensée ne signifie pas et ne signifiera jamais être capable de lire dans les pensées ». Les Echos, 29/10

« L’Assemblée nationale a voté, vendredi, le remboursement à 100% des contraceptifs, comme la pilule, pour les jeunes filles de 15 à 18 ans, dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2013 », rapporte l’AFP. AFP, 26/10

Dans une interview accordée au Figaro, Joël Guillemain, membre de l’Académie de pharmacie et président du groupe d’experts biotechnologie de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), revient sur l’étude du Pr Gilles-Eric Séralini sur la toxicité d’un OGM. Il souligne : « J’ai dit moi-même, lorsque nous l’avons auditionné, que M. Séralini avait fait preuve d’audace et de courage. Mais le fait de poser les bonnes questions ne doit pas vous empêcher pour autant de faire preuve d’une rigueur absolue dans la manière d’y répondre ». Il ajoute : « L’étude de M. Séralini est scientifiquement irrecevable. Elle n’apporte rien et ne peut rien remettre en cause ». Dans Le Monde, Gilles-Eric Séralini explique : « Minimiser les effets sanitaires, fermer les yeux sur les lacunes du système d’évaluation et les conflits d’intérêt, soutenir l’omerta industrielle, est-ce éthique et responsable ? ». Le Figaro, Le Monde, 27/10
Le Figaro se penche sur l’endométriose, une affection qui provoque des règles douloureuses et un risque d’infertilité. Environ 10% des femmes en âge de procréer sont atteintes de cette maladie. Le quotidien souligne que « l’impact de cette maladie [est] sous-estimé en France ». Le Figaro, 29/10

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube