Synthèse de presse

30 juillet 2012

15h13 | Par INSERM (Salle de presse)

Les chercheurs ont réussi à prédire et prévenir les épidémies de dengue à Nouméa

Le Figaro souligne que des chercheurs ont « réussi à établir de façon précise les circonstances météorologiques conduisant à des flambées de dengue », à Nouméa en Nouvelle-Calédonie, ce qui permet de « prédire et prévenir les épidémies ». Elodie Descloux, médecin spécialiste des maladies infectieuses et auteur principal de l’étude publiée dans Plos Neglected Tropical Diseases, explique que la chaleur et l’humidité, si elles sont des facteurs importants pour le développement de la dengue, dont le vecteur principal en Nouvelle-Calédonie est le moustique Aedes aegypti, ne sont pas « suffisantes, sinon les épidémies seraient constantes ». En analysant « un système ancien (40 ans) et fiable des cas de dengue » et « des séries météorologiques journalières (températures et taux d’humidité) », les chercheurs ont établi « des scénarios extrêmement précis » selon le niveau de température et d’humidité, ce qui constitue « un outil utile aux autorités locales pour anticiper les pics de la maladie ».

Le Figaro, 28/07

Fin du congrès du sida à Washington

L’ensemble de la presse rend compte de la fin, vendredi, du congrès du sida qui s’est déroulé à Washington et fait état du bilan de cet événement. L’Humanité souligne que « le ton était à l’optimisme » lors de la clôture, « mais il est difficile de mesurer si cela relevait de l’effet d’annonce ou si les raisons d’espérer sont réellement fondées ». Pour Le Monde, cette conférence s’est achevée « dans un climat plus mitigé que l’enthousiasme du premier jour ». Le journal explique que « le traitement des populations marginales demeure un enjeu ». 8 millions de personnes sont désormais sous traitement dans le monde. Et, « les progrès de la recherche sont titanesques », indique L’Humanité. Malgré tout, ajoute le quotidien, « le sida reste une épidémie révélatrice des inégalités entre le Sud et le Nord mais également à l’intérieur de nos pays occidentaux »Aujourd’hui en France Dimanche indique que cette conférence a été marquée par « l’optimisme des experts quant aux espoirs de guérison à l’horizon 2020 », mais que « les associations et les médecins français rentrent des Etats-Unis avec encore pas mal de débats en suspens » (protocoles de traitement, usage préventif de certains antirétroviraux, autotest du VIH…).

LibérationLe Monde, 28/07, Aujourd’hui en France Dimanche, 29/07, L’Humanité, 30/07

En Bref

Le Monde indique que la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a refusé, le 25 juillet, la demande des associations Aides, Act up et Elus locaux contre le sida, de lever l’interdit de « soins funéraires pour les corps des personnes porteuses du VIH ». Or, selon Renault Persiaux, chargé des questions thérapeutiques à Aides, « depuis qu’elle a été prise [en 1995], des multithérapies extrêmement efficaces sont apparues, elles ont fait considérablement baisser la charge virale des séropositifs. Les risques de transmission sont infimes ». Le Monde, 28/07

La Croix publie l’appel à la mobilisation contre la tuberculose de Fabienne Keller, sénatrice du Bas-Rhin, Jean-Claude Peyronnet, sénateur de la Haute-Vienne, et des associations Aides, One et Avocats pour la santé dans le Monde. Dans le cadre de leur mission d’étude en Inde réalisée début 2012, ils ont notamment constaté « de nouvelles formes de tuberculose résistante à tous les traitements » à Bombay, « laissant craindre le pire ». Selon les auteurs, « la menace réelle des formes incurables de la tuberculose ne pourra être écartée que si nos pays continuent à soutenir des instruments de financement tels que le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme (…) ».La Croix, 30/07

Des médecins critiquent un récent courrier de la Direction générale de la santé (DGS) demandant aux Agences régionales de la Santé (ARS) d’interdire aux hôpitaux l’utilisation de l’anticancéreux Avastin (Roche) pour traiter la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), au motif qu’il existe « une spécialité adaptée (Lucentis, ranibizumab) possédant une AMM pour le traitement de la DMLA ». Or, Avastin est très largement utilisé dans les services d’ophtalmologie des hôpitaux français, et il coûte beaucoup moins cher (entre 30 et 50 euros la dose) que Lucentis (800 euros la dose). Avastin est également utilisé par une majorité de services hospitaliers aux Etats-Unis, en Suisse, en Italie et en Espagne. Le Figaro, 30/07

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube