Synthèse de presse

05 mars 2013

12h09 | Par INSERM (Salle de presse)

Espoir suite à la « guérison » d’un bébé séropositif

Le Figaro et Aujourd’hui en France rendent compte du premier cas de guérison fonctionnelle du sida chez un nouveau-né aux Etats-Unis. Ce bébé, né à l’automne 2010 prématurément, a reçu dans les 30 heures suivant sa naissance une trithérapie, sa mère qui ignorait sa séropositivité l’ayant contaminé. 29 jours après sa naissance, le niveau d’infection chez le nourrisson est devenu indétectable. L’enfant a été traité avec ces antirétroviraux jusqu’à l’âge de 18 mois, quand les médecins perdent de vue le bébé. Quelques mois plus tard, les médecins retrouvent sa trace et constatent que, bien qu’il n’ait pas reçu de traitement pendant ce temps-là, les tests s’avèrent négatifs. Le Pr Jean-François Delfraissy, directeur de l’ANRS (Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites) précise que le bébé n’est pas « guéri », mais que « le virus a été détecté en petite quantité ». Il souligne cependant : « Ce cas est très intéressant. En tout cas, sur le plan de la recherche, il devrait nous aider à comprendre pourquoi certaines personnes parviennent à contrôler le virus, sans traitement ou après une trithérapie précoce ». 

Le Figaro, Aujourd’hui en France, 05/03

Hausse du risque de mortalité dès un verre de vin par jour

Une étude, publiée dans l’European Journal of Public Health et rapportée par Libération et Les Echos, révèle que « même avec une faible dose de 13 g par jour [d’alcool] (un peu plus d’un verre de vin) le risque de mortalité augmente ». Catherine Hill, coauteure de l’étude et épidémiologiste à l’Institut de cancérologie Gustave-Roussy de Villejuif (Val-de-Marne), explique : « Les effets néfastes l’emportent alors sur les bénéfices ». Les auteurs de l’étude estiment que la consommation d’alcool des Français, qui s’élève en moyenne à 27 g par adulte et par jour, est trop élevée. Ils s’inquiètent surtout pour les hommes, qui ont représenté, en 2009, les trois quarts des 49 000 décès liés à l’alcool. L’alcool est également responsable d’un grand nombre de morts prématurés « puisque 22% des personnes touchées ont entre 15 et 34 ans », explique Libération. Les auteurs de l’étude de l’Institut Gustave-Roussy – Catherine Hill, Sylvie Guérin, Agnès Laplanche et Ariane Dunant – ont dressé un inventaire des maladies favorisées par la consommation d’alcool. « Au total, les décès provoqués par l’alcool sont essentiellement des cancers (15 000 décès) et des maladies cardio-vasculaires (12 000 morts). Accidents, suicides et homicides représentent 8 000 décès », indique le quotidien. 

Canal Plus, 04/03, Libération, Les Echos, 05/03

En Bref

Dans une chronique Santé sur Europe 1, Cécile Coumau, journaliste à Fréquence M, rend compte d’une étude de l’Inserm, menée auprès de 1 500 personnes âgées, qui souligne que 40% d’entre elles souffrent d’hypertension artérielle cachée. Ce syndrome concerne les cas où la tension artérielle est normale chez le médecin, mais élevée à domicile. Le risque d’hypertension artérielle permanente est multiplié par 17 après un an pour ces personnes, selon l’étude.Europe 1, 04/03

Communiqué de presse : Quand l’hypertension avance masquée

La Fondation du rein organise, le 21 mars prochain, la Journée mondiale du rein, souligne Le Figaro. Cet événement, visant à sensibiliser l’opinion, sera suivi cette année de la Semaine nationale du rein organisée par la Fédération nationale d’aide aux insuffisants rénaux. En France, deux millions de Français ont une insuffisance rénale avec souvent un diagnostic tardif. 70 000 personnes sont atteintes d’insuffisance rénale terminale. La moitié a pu recevoir une greffe du rein, tandis que l’autre moitié est régulièrement dialysée, explique le quotidien. Le Figaro, 05/03
Le Quotidien du pharmacien se penche sur « une nouvelle approche de la recherche pharmaceutique » : « la médecine stratifiée ». Cette dernière consiste pour les laboratoires qui veulent découvrir des traitements innovants, à « affiner la prise en charge des patients en la personnalisant, en fonction des sous-populations identifiées pour une même maladie ». La revue donne le cas de la mucoviscidose qui compte plus de 500 mutations différentes pouvant causer la maladie, regroupées en six classes. Elle souligne par ailleurs que, selon les Entreprises du médicament (LEEM), « en 2012, 43 nouveaux médicaments, ou associations de médicaments, ont été autorisés ou ont reçu une opinion favorable du Comité européen des médicaments à usage humain ». Le Quotidien du pharmacien, 04/03
Panorama du médecin souligne les « menaces [qui pèsent] sur la recherche épidémiologique » avec un projet de règlement européen sur la protection des personnes physiques qui doit être adopté en 2014. Le texte prévoit notamment, dans son article 41, que les données à caractère personnel ne « devraient pas faire l’objet d’un traitement, à moins que la personne concernée n’y consente expressément et en toute connaissance de cause ». Un amendement à l’article 81-2 du même texte ajoute que les données à caractère personnel relatives à la santé ne pourront être utilisées sans ce consentement, même pour les études statistiques. Le Pr Marcel Goldberg, épidémiologiste à l’université de Versailles-Saint-Quentin et à l’Inserm, explique qu’« il existe des situations où nous ne pouvons pas recueillir le consentement des personnes ». Et d’ajouter : « (…) De nombreux travaux de recherche seront donc rendus impossibles ». Panorama du médecin, 04/03

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube