Synthèse de presse

04 novembre 2013

11h33 | Par INSERM (Salle de presse)

La nutrition et la perte d’autonomie

Le Figaro rend compte des résultats d’une enquête nationale, publiés dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), qui montrent « un lien entre obésité ou maigreur et perte d’autonomie ». Le Pr Monique Ferry, chercheur à l’Inserm et chargée de la nutrition auprès du conseil scientifique de la Société française de gériatrie, explique : « Pour se donner le maximum de chances de bien vieillir, l’idéal est de maintenir son indice de masse corporelle dans la fourchette centrale (c’est-à-dire entre 22 et 25) et d’éviter les variations de poids ». Or, selon l’étude, menée auprès de personnes âgées de plus de 75 ans, vivant encore à leur domicile, « un tiers d’entre elles se trouvent dans une situation de ‘‘risque pondéral’’ ». Près de 15% sont en état de maigreur (surtout les femmes) et près de 15% sont obèses. Le Pr Ferry souligne que « la première chose que l’organisme cesse de produire quand il manque de protéines, de vitamines et de minéraux, ce sont les antigènes et les anticorps ». La dénutrition engendre une augmentation des pathologies infectieuses et « la carence alimentaire aboutit à une perte de masse et de force musculaire (la sarcopénie), qui aggrave le risque de fatigue, de chute et d’isolement social », ajoute le quotidien.

Le Figaro, 04/11

Le défi des bébés cardiaques devenus adultes

Le Figaro se penche sur « les bébés cardiaques devenus grands ». 150 000 adultes sont nés en France avec une malformation cardiaque qui a été « réparée » par la médecine moderne, mais doivent continuer à être suivis. Ils représentent un nouveau défi pour le système de santé, qui manque de filières adaptées, a expliqué la Fédération française de cardiologie, lors de la semaine annuelle de sensibilisation et d’appel aux dons, Donocoeur, fin octobre. Les malformations cardiaques congénitales affectent près d’un nouveau-né sur 100, soit environ 6 000 à 8 000 bébés par an en France. Les progrès en matière chirurgicale et ceux de l’imagerie chirurgicale pour le dépistage permettent à 85% des enfants souffrant de cardiopathies congénitales d’atteindre l’âge adulte, explique le journal. La ou les opérations subies provoquent cependant souvent des séquelles qui peuvent s’aggraver au fil des ans. Le Pr Guy Vaksmann, cardiopédiatre au CHRU de Lille, souligne : « Ces patients présentent un risque accru de mort subite, de troubles du rythme, d’hypertension artérielle pulmonaire et d’endocardite infectieuse ». Et d’ajouter : « Quel que soit leur âge, leur mortalité est supérieure à la moyenne ». Or, seule la moitié des personnes concernées fait l’objet d’un réel suivi. Les spécialistes français déplorent l’absence de structures adaptées aux besoins de ces patients.

Le Figaro, 04/11

En Bref

Les travaux de Mathias Pessiglione, de l’Inserm, publiés dans la revue Plos Biology, soulignent le rôle clé de la mémoire dans la capacité à résister à une tentation immédiate, indiquent Les Echos. Selon le chercheur, « nous pouvons percevoir les récompenses immédiates par nos sens, alors que les récompenses futures ne sont représentées que dans notre imaginaire ». L’IRM cérébrale des volontaires de l’étude a montré que « leur capacité à sélectionner les récompenses futures [représentées sous forme de texte] était corrélée au degré d’activité de leur hippocampe », souligne le quotidien. Les Echos, 04/11

L’équipe de l’université de Tokyo a réussi à produire un « riz transgénique pour lutter contre la diarrhée », souligne Le Figaro. Selon le travail des chercheurs, publié dans le Journal of Clinical Investigation, « l’eau de cuisson de ce riz contient des quantités suffisantes d’anticorps [contre les rotavirus] pour réduire l’ampleur des diarrhées lorsqu’elle est donnée à des souris avant ou pendant la gastro-entérite ». Un premier test de la protéine purifiée réalisé par une autre équipe de chercheurs auprès d’enfants au Bangladesh, publié dans la revue Gastroenterology, « montre déjà qu’elle réduit nettement la sévérité des diarrhées sans présenter d’effets secondaires », explique le quotidien. Le Figaro, 01/11

Une Maison pour la science va être créée à Orléans, souligne France Bleu Orléans. Elle doit permettre d’améliorer la formation des enseignants sur certains thèmes. Les premières formations devraient débuter en 2014-2015. Quatre Maisons pour la science (Clermont-Ferrand, Nancy, Strasbourg et Toulouse) existent déjà. L’Inserm et le CNRS font partie des partenaires. France Bleu Orléans, 31/10

Le Figaro publie un dossier intitulé : « Hadronthérapie carbone : une nouvelle arme contre le cancer ». Le journal explique qu’à Lyon, un centre d’hadronthérapie attend le feu vert du ministère de la Santé pour être construit. Jean-Yves Giraud, docteur en physique médicale, responsable de l’équipe de physique médicale du CHU de Grenoble, explique : « L’hadronthérapie consiste à envoyer un faisceau d’ions carbone au niveau d’une tumeur. (…) Comme leur action est intense et le faisceau, défini avec exactitude, les cellules tumorales peuvent être très précisément visées ». Selon le Pr Jacques Balosso, chef du service de radiothérapie du CHU de Grenoble et directeur du Groupement de coopération sanitaire Etoile, qui œuvre pour la création du premier centre français d’hadronthérapie, « cette technique permet d’obtenir 25% de guérisons de plus que les thérapies conventionnelles dans certains cancers bien spécifiques (…) ». Le Figaro, 04/11

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube