Synthèse de presse

09 décembre 2013

12h27 | Par INSERM (Salle de presse)

Cancer : les bons résultats de la France

Le Figaro, qui rend compte des résultats d’un rapport, publiés mercredi dans le Lancet Oncology, comparant la survie des patients en Europe, révèle que la France est « parmi les pays qui soignent le mieux le cancer ». L’enquête « Eurocare », qui porte sur plus de 9 millions d’Européens issus de 29 pays, constate que la France « compte parmi les bons élèves », « affichant même la deuxième meilleure place pour deux des cancers les plus fréquents ». Six ans après la précédente édition, Eurocare-5, qui s’appuie sur l’analyse de plus de 100 registres nationaux ou régionaux, « reflète les progrès accomplis en Europe pour la survie des malades sur la période 1999-2007 », indique le journal. Le Dr Roberta De Angelis, l’auteur principal de l’étude, explique au Figaro que « c’est particulièrement net pour les cancers colorectaux et le lymphome non hodgkinien ». « Sur les dix cancers les plus fréquents, trois présentent au niveau européen un taux de survie à cinq ans supérieur à 80% (cancer du sein, mélanome, cancer de la prostate », rapporte le quotidien. Et d’ajouter que « la France se situe à chaque fois entre 1 et 6 points au-dessus de la moyenne continentale ».

Le Figaro, 07/12

Détecter les cancers grâce à une prise de sang

Aujourd’hui en France, ainsi que RMC Info, ont présenté l’invention d’Yvon Cayre, professeur d’hématologie à l’université Pierre-et-Marie-Curie de Paris. Sa découverte, qu’il vient de présenter aux Etats-Unis, permet de mieux dépister le cancer et permet d’éviter au moins 60% des biopsies grâce à une simple analyse de sang. Il s’agit d’un tube qui filtre le sang et isole les cellules cancéreuses. Yvon Cayre explique que, parce qu’elles ont la particularité « d’être plus grandes que les autres », les cellules cancéreuses restent à la surface « et il n’y a plus qu’à les analyser ». Un partenariat a été conclu avec le pôle européen de cancérologie Gustave-Roussy, à Villejuif (Val-de-Marne), « qui, dès le début de l’année [2014], fera bénéficier ses patients de cette innovation », explique le quotidien. Selon Serge Kraïf, directeur de Biocare Cell, une structure qui s’est constituée pour commercialiser le produit « sans doute d’ici cinq ou six mois », estime que le prix du tube « ne devrait pas dépasser les 200 euros ».

 Aujourd’hui en France, 07/12, RMC Info, 08/12

En Bref

Le Journal du Dimanche rend compte des travaux de l’équipe du neuroscientifique Cyril Herry, à Bordeaux, qui « a identifié deux populations de cellules nerveuses impliquées dans la régulation des émotions ». Les chercheurs de l’Inserm ont découvert que les deux familles de cellules nerveuses qui interviennent dans le phénomène de peur sont les neurones dits « inhibiteurs » (petits neurones chargés de réguler l’activité des cellules voisines) qui sont de plus en plus inhibés, provoquant mécaniquement une augmentation de l’activité des neurones dits « excitateurs », chargés, eux, de faciliter la connexion entre le cortex préfrontal et les structures cérébrales plus lointaines. Selon le journal, cette découverte « pourrait révolutionner les traitements de l’anxiété ». Le Journal du Dimanche, 08/12

Les Echos annoncent l’organisation d’un colloque intitulé « Exposition aux mélanges de substances chimiques : quels défis pour la recherche et l’évaluation des risques ? », organisé mardi et mercredi à Paris sous l’égide de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses). Le quotidien explique que, sans disposer des mêmes moyens que les chercheurs américains, « les équipes françaises et européennes se sont, elles aussi, emparées de la question » de l’« effet cocktail », qui « menace l’homme », souligne le quotidien. Ce dernier revient notamment sur les travaux de l’Inserm sur les souris qui ont montré que « de faibles doses de polluants (…) ont en réalité un effet lorsque l’exposition est chronique et que les polluants sont administrés en mélange dans une alimentation enrichie en calories », explique, au Figaro, Brigitte Le Magueresse Battistoni, responsable de l’étude. Les Echos, 09/12

Le Figaro, qui publie un dossier consacré aux fausses couches, souligne que « la fausse couche spontanée cache encore beaucoup d’inconnues ». Ainsi, selon des travaux d’une équipe indienne, publiés dans PLoS One du 15 novembre, chez 66 femmes aux fausses couches récurrentes inexpliquées, « de petites anomalies de régulation de l’état inflammatoire et vasculaire de l’endomètre pourraient le rendre moins favorable à l’implantation et au développement embryonnaire », souligne le quotidien. Ce dernier ajoute que « les fausses couches précoces du premier trimestre sont si fréquentes qu’une femme sur quatre y sera confrontée ». Selon le quotidien, les nombreuses inconnues (lien entre vieillissement ovarien, fausses couches récurrentes et ménopause précoce…) « justifieraient une recherche plus active dans ce domaine ». Le Figaro, 09/12

Gecko Biomedical, start-up française créée en mai 2013, « peaufine une nouvelle génération d’adhésifs biodégradables, qui remplaceront bientôt les points de suture pour refermer les plaies chirurgicales », soulignent Les Echos. Christophe Bancel, directeur général et cofondateur de l’entreprise, explique que, par rapport à des systèmes similaires, « l’innovation de rupture tient au fait que c’est le chirurgien qui décide du moment où il déclenche la polymérisation de l’adhésif, en activant une source de lumière extérieure ». Les Echos, 09/12

Rechercher
dans les Synthèses de presse


Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.




fermer
fermer
RSS Youtube