Synthèse de presse

09 novembre 2015

13h12 | Par INSERM (Salle de presse)

L’immunothérapie a permis de guérir un bébé d’une leucémie

Une start-up française spécialisée dans l’immunothérapie, a annoncé, jeudi dernier, avoir utilisé avec succès son médicament expérimental sur une petite Anglaise de 11 mois atteinte d’un cancer du sang ayant résisté à tous les autres traitements. Ce type de thérapie s’appuie sur le développement de cellules immunitaires dont l’ADN a été modifié grâce à des ciseaux moléculaires. André Choulika, fondateur de la start-up, précise : « Notre technologie permet de supprimer un récepteur bien précis à la surface des cellules immunitaires que nous inoculons aux patients ».

Le Monde Eco & Entreprise, 07/11

Découverte d’un gène responsable de la surdité liée au bruit

La surdité liée au bruit frappe de plus en plus de français, souligne NTI. Christine Petit, responsable de l’unité de Génétique et Physiologie de l’Audition à l’Institut Pasteur, précise que les personnes qui portent des altérations dans le gène de la pejvakine « vont être beaucoup plus susceptibles de développer une perte auditive lorsqu’elles sont exposées à des sons, même d’intensité relativement faible. Chez ces personnes, les prothèses auditives devraient être non seulement inefficaces mais sans doute délétères ». Les chercheurs travaillent sur une thérapie pour réparer l’action de ce gène.

NTI, 06/11

En Bref

Les Journées françaises de l’épilepsie se sont déroulées à Montpellier du 3 au 6 novembre, a souligné RFI dans son émission Priorité Santé. Etait invité à cette émission le Dr Gilles Huberfeld, neurologue à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris et chercheur dans le laboratoire Inserm Epilepsies de l’enfant et plasticité cérébrale, pour parler notamment des différentes formes de la maladie et de l’état de la recherche.

RFI, 01/11

Le Figaro explique que « la toxine botulinique [est] la star montante de la neurologie ». Aujourd’hui, cette neurotoxine produite par une bactérie, le Clostridium botulinum, « est utilisée dans de très nombreuses indications médicales, principalement en neurologie et en médecine prédictive », souligne le quotidien. Elle permet d’inhiber la libération d’acétylcholine nécessaire à la contraction des muscles. Elle peut également être utilisée sur de nombreux muscles du tube digestif. Une équipe de chercheurs de Montpellier étudie actuellement son intérêt dans le traitement de l’obésité par injection de la toxine dans l’estomac.

Le Figaro, 09/11

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube