Synthèse de presse

03 janvier 2017

13h48 | Par INSERM (Salle de presse)

Neige de pollution : pas d’incidence sur la santé

C’est la pollution aux particules fines stagnant dans l’atmosphère, qui est à l’origine de la neige de pollution tombée ce week-end dans certaines villes d’Ile-de-France, de Bretagne, des Pays de la Loire, de Lorraine, de Bourgogne et des Hauts-de-France, explique Le Parisien. Cette neige urbaine ou neige industrielle de pollution est constituée d’impuretés rejetées par les usines et les cheminées de particuliers, souligne le quotidien. L’agence Santé publique France rassure : « Ces neiges n’ont a priori pas d’impact sur la santé » car ces particules de pollution tombent au sol et ne pénètrent pas dans les bronches. Les pics de pollution enregistrés en décembre dans les grandes villes expliquent en partie ces chutes accrues.

Le Parisien, 03/01

Les femmes plus vulnérables aux maladies auto-immunes

Santemagazine.fr indique que les femmes sont plus largement touchées par les maladies auto-immunes telles que le psoriasis, les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin, la sclérose en plaques, la polyarthrite rhumatoïde, le lupus ou le vitiligo. L’équipe Inserm/ UPMC/ CNRS de l’Institut de Myologie, a mis en évidence le rôle de l’œstrogène, hormone sexuelle féminine dans l’augmentation de la sensibilité des femmes aux maladies auto-immunes. Cependant, des chercheurs de l’université du Michigan (Etats-Unis) ont découvert que l’origine ne serait pas liée aux hormones sexuelles mais à l’expression d’un gène clé, appelé VGLL3, qui fait office de « commutateur principal » du réseau immunitaire de l’organisme. Le Pr Johann Gudjonsson, l’un des auteurs de l’étude, qui s’est plus particulièrement intéressé aux maladies auto-immunes de la peau, confirme : « Notre équipe a identifié une différence d’expression génétique entre les sexes qui est associée à la sensibilité aux maladies auto-immunes ».

Santemagazine.fr, 02/01

Lire le communiqué de presse : Aire, facteur clé dans l’inégalité homme-femme face aux maladies auto-immunes

En Bref

Un nourrisson de 10 jours est mort le 21 décembre dernier après avoir reçu une dose d’Uvestérol D contre la carence en vitamine D, a indiqué le 2 janvier l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), note Le Parisien. Cette dernière a souligné : « Des investigations sont en cours pour déterminer les causes exactes du décès et savoir s’il est susceptible d’être imputé à l’Uvestérol D ».

Le Parisien, 03/01

Lemonde.fr souligne que les conclusions d’une étude du biologiste Jan Vijg et de ses collègues, publiées dans la revue Nature d’octobre 2016 qui précisent que la longévité depuis 1995, ne dépasserait 115 ans que dans des cas exceptionnels, ont relancé le débat sur les limites de l’évolution des capacités de l’espèce humaine. Interrogé par Le Monde, le démographe Jean-Marie Robine, directeur de recherche à l’Inserm et professeur à l’Ecole pratique des hautes études, se dit réservé au sujet de ces résultats.

Lemonde.fr, 02/01

La Haute autorité de santé (HAS) vient d’accorder à Theraclion le premier label Forfait innovation pour sa technique de destruction des tumeurs par échothérapie (ultrasons), souligne Le Parisien. Il s’agit d’une nouvelle technique de destruction des tumeurs bénignes du sein, sans chirurgie. Grâce à cette procédure, Theraclion pourra déployer rapidement l’Echopulse, appareil révolutionnaire d’échothérapie qui utilise des ultrasons à haute fréquence pour détruire les tumeurs en les brûlant.

Le Parisien, 03/01

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube