Synthèse de presse

04 décembre 2012

12h29 | Par INSERM (Salle de presse)

Edition 2012 du Téléthon : une recherche active utilisant la thérapie génique

Laurence Tiennot-Herment, la présidente de l’AFM-Téléthon, a présenté hier l’édition 2012 du Téléthon, qui se déroulera les 7 et 8 décembre, indique Libération. A ses côtés, se trouvaient « les meilleurs chercheurs français comme Marc Peschanski ou Alain Fischer » qui ont « détaillé les progrès » déjà réalisés dans leur domaine. Le Pr Marc Peschanski, directeur scientifique d’I-Stem, créé en 2005 en collaboration avec l’Inserm et l’AFM-Téléthon, a fait état notamment de la mise au point d’un pansement biologique pour des lésions douloureuses de la peau à partir de cellules souches embryonnaires. « Cet essai », qui devrait démarrer « fin 2013-début 2014 » et sera mené sur 19 patients au minimum, concerne des personnes atteintes d’une maladie du sang répandue, « la drépanocytose, dont une complication grave est une atteinte de l’épiderme (…) » avec des lésions ulcéreuses, explique-t-il. Le Pr Alain Fischer a souligné, quant à lui, le succès de la thérapie génique pour soigner un déficit immunitaire héréditaire combiné sévère (DICS, déficit de l’enzyme ADA) d’une cinquantaine d’enfants en France, Italie, Grande-Bretagne et Etats-Unis, rapporte l’AFP. Un nouvel essai de thérapie génique va être lancé dans 4 pays européens, auprès de 20 patients, pour un autre déficit immunitaire, la Granulomatose Septique Chronique (CGD). Plusieurs essais de thérapies géniques sont, en outre, actuellement menés pour les maladies de la vision, comme dans l’amaurose de Leber, réalisé depuis un an sur l’homme. Un essai clinique contre la neuropathie optique héréditaire de Leber devrait, pour sa part, débuter en 2013, a souligné le Pr José Alain Sahel, de l’Institut de la Vision, à Paris.

AFP, La Croix, 03/12, Libération, 04/12

Etude sur les décisions médicales de fin de vie

L’Institut national d’études démographiques (Ined) a rendu publique hier une étude sur les décisions médicales en fin de vie, soulignent Le Figaro et La Croix. Cette étude, publiée dans la revue BMC Palliative Care, rend compte de « l’ampleur de la médicalisation de la mort, qui survient aujourd’hui principalement à l’hôpital ou en institution », explique Le Figaro. Ainsi, près de la moitié des décès (48%) interviennent suite à une décision médicale qui « peut avoir pour effet secondaire d’abréger la vie », ajoute le quotidien. L’étude s’est penchée sur plus de 5 000 décès survenus en décembre 2009 à l’hôpital, en maison de retraite ou à domicile. Seulement 3,1% des décès interviennent après un acte visant délibérément à abréger la vie, par un arrêt du traitement ou une intensification de la sédation. « Dans 0,8% des décès, des médicaments ont même été administrés afin de donner la mort », expliquent Le Figaro et La Croix. Seuls 0,6% des décès sont consécutifs à une euthanasie. Ainsi, souligne La Croix, les euthanasies, actuellement illégales en France, « sont marginales ». Mais, 8% des médecins reconnaissent n’avoir discuté avec aucune personne de l’entourage familial ou médical dans leur décision. Régis Aubry, le président de l’Observatoire de la fin de vie, estime que « la loi [Leonetti] est encore insuffisamment connue, y compris au sein du personnel médical ».

Le Figaro, La Croix, 04/12

En Bref

Science & Santé, le magazine d’information sur l’actualité scientifique publié par l’Inserm, fête ses deux ans d’existence, indique Le Quotidien du médecin. Ce dernier souligne que Science & Santé, « bimestriel, tiré à 25 000 exemplaires et diffusé gratuitement sur abonnement, rend compte [notamment] des découvertes et des débats de la recherche biomédicale à travers les publications des chercheurs de l’Inserm, leur parcours, leur éclairage sur des recherches internationales ». Ce mois-ci, le journal publie un dossier sur l’épigénétique. Le Quotidien du médecin, 04/12, C’est dans l’air du 22/11
Le Quotidien du médecin rend compte du travail collaboratif Inserm/CNRS qui montre que « le coma est une réorganisation des réseaux cérébraux visibles en imagerie fonctionnelle » et non pas une déconnexion partielle ou totale. L’équipe Inserm de Chantal Delon-Martin (unité 836 institut des neurosciences, neuro-imagerie fonctionnelle, Grenoble), qui a mené cette étude avec d’autres chercheurs du CNRS et de l’université de Joseph-Fourier à Grenoble, en collaboration avec des cliniciens de Strasbourg, « a analysé [grâce à l’IRM fonctionnelle sans tâche] les données de 17 patients en coma aigu, dans les 3 à 18 jours qui ont suivi leur admission à l’hôpital, non traumatisés crâniens et respirant de façon autonome par rapport à celles de 20 sujets volontaires sains », explique le journal. Le Quotidien du médecin, 04/12, Reprise du Communiqué de presse du 29/11
L’université Pierre-et-Marie-Curie et la faculté de médecine ont inauguré le 29 novembre un institut universitaire de cancérologie (IUC), avec l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris, l’Inserm et le CNRS. L’institut comprend 475 personnes, 90 équipes de soins et de recherche. Serge Uzan, doyen de la faculté et directeur de l’IUC, souligne : « Cet institut universitaire se propose de mêler sur un mode innovant des structures de recherche et d’enseignement à des structures de soins dédiés à la lutte contre le cancer (…) ». Le Quotidien du médecin, 04/12
Panorama du médecin souligne que « l’Inserm coordonne le projet européen Metacardis qui vise à étudier le rôle de la flore intestinale (microbiote) dans le développement des maladies cardiométaboliques ». Dans une interview accordée au journal, le Pr Karine Clément, directrice de l’Institut de cardiométabolisme et nutrition (Ican), hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Inserm, Upmc U872, Paris, explique le fonctionnement de ce programme qui vient d’être lancé et ses objectifs : « Il s’agit de trouver et de valider de nouvelles cibles et voies biologiques partagées par ces maladies ». Panorama du médecin, 03/12, Reprise du Communiqué de presse du 22/11
Selon le baromètre LIR-Ifop de l’innovation thérapeutique 2012, les Français considèrent « être mal informés de l’innovation thérapeutique », révèle Panorama du médecin. « 35% des personnes interrogées estiment que les organismes publics de recherche comme l’Inserm, le CNRS et l’Inra sont à l’origine de l’innovation thérapeutique en France, et seules 14% des personnes interrogées mentionnent les industriels de la recherche pharmaceutique », ajoute le journal. Panorama du médecin, 03/12
Une équipe américaine dirigée par Gilbert Welch, auteur à succès outre-Atlantique sur les dangers du surdiagnostic médical en général, publie une étude, dans le New England Journal of Medicine, qui remet en cause les bénéfices du dépistage organisé du cancer du sein, indique Le Quotidien du Pharmacien. Selon les données sur plus de 30 ans de dépistage aux Etats-Unis, « la diminution de la mortalité ne compenserait pas les dangers liés au surdiagnostic », explique le journal. L’équipe américaine souligne que près d’un tiers des cancers du sein seraient des surdiagnostics. Le Quotidien du pharmacien, 03/12

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube