Synthèse de presse

10 décembre 2013

11h51 | Par INSERM (Salle de presse)

Imprimer des cellules souches d’origine humaine

20 Minutes Paris souligne que l’équipe de bio-ingénierie tissulaire de l’unité Inserm-Bordeaux Segalen « est la seule en France » à « imprimer des cellules souches d’origine humaine ». Fabien Guillemot, chargé de recherche à l’Inserm, va lancer l’année prochaine une start-up, la Fabric, en vue de commercialiser et de développer la bio-impression. Dans une interview accordée au quotidien, il explique que la bio-impression « consiste à fabriquer des tissus vivants, similaire à l’impression 3D ». Il ajoute : « On pourra bientôt reconstituer de la peau, ou de la cornée ». Selon lui, « les industries pharmaceutiques et cosmétiques pourront utiliser l’impression de tissus vivants pour tester de nouvelles molécules ou médicaments, ce qui remplacera les cultures de cellules ou les tests sur animaux ». Il conclut que « l’objectif final de cette technologie, c’est la greffe chirurgicale ».

20 Minutes Paris, 10/12

En Bref

A l’occasion du 4e congrès national des réseaux de cancérologie, les pilotes et les acteurs de ces réseaux « ont fait le point avec les architectes du plan cancer 3 », indique Le Quotidien du médecin. Le plan cancer 3 sera annoncé le 4 février prochain. Le journal explique : « Devenus incontournables, les réseaux s’apprêtent à jouer un rôle clé pour que les médecins généralistes y prennent enfin leur place ». Le Quotidien du médecin, 09/12

Des chercheurs physiciens du département des maladies infectieuses au Brigham and Women’s Hospital de Boston soulignent que le VIH « peut disparaître et réapparaître », explique Libération. Deux patients séropositifs, atteints d’une forme de cancer du sang nécessitant une greffe de moelle osseuse, avaient vu le VIH disparaître de leurs analyses près de huit mois après leurs opérations respectives. Cependant, les chercheurs ont constaté la réapparition du VIH chez ces patients, démontrant que « les réservoirs du VIH sont plus profonds que ce que nous croyions ». Libération, 10/12

Le Quotidien du médecin rend compte du débat « Comment nous soignerons-nous demain ? », proposé à la mi-novembre par les Rencontres Capitales à Marseille. Les intervenants ont souligné la nécessité de revoir l’organisation de l’offre de soins. A cette occasion, Eric Vivier, directeur d’immunologie de Marseille-Luminy, a apporté « de bonnes nouvelles car nous sommes en train de vivre une véritable révolution thérapeutique dans le domaine du cancer avec la reprogrammation du système immunitaire ». Marina Cavazzana, médecin chercheur, directrice de recherche à l’Inserm, coordinatrice du Centre d’investigation clinique en biothérapie à l’hôpital Necker-enfants malades, a confirmé ces avancées. Le Quotidien du médecin, 09/12

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube