Synthèse de presse

12 novembre 2013

12h45 | Par INSERM (Salle de presse)

Lancement d’un appel aux autorités contre les pesticides

L’AFP rend compte du lancement, le 9 novembre, par des élus, des scientifiques et des responsables associatifs d’un appel aux autorités afin de réduire ou supprimer l’usage des pesticides en raison de leurs risques potentiels pour la santé. Selon les signataires de la pétition, initiée par le député socialiste Gérard Bapt (Haute-Garonne), « l’effet cocktail de ces substances est encore insuffisamment documenté, mais pourrait s’avérer majeur pour un certain nombre d’associations avec des pathologies endocriniennes ou cancéreuses ». Déjà, une cinquantaine de parlementaires et d’élus ont signé la pétition dont deux anciennes ministres de l’Ecologie, Delphine Batho et Chantal Jouanno, souligne l’agence de presse. Le Pr Charles Sultan, spécialiste des troubles hormonaux au Centre hospitalier régional universitaire de Montpellier, a également approuvé cette pétition, ainsi que notamment des représentants du Réseau Environnement Santé (RES) et de Générations Futures.

AFP, 09/11

Le point sur le Baclofène

Selon Libération, l’ANSM « vient de faire le point » sur le Baclofène. Elle a en effet mis sur son site Internet « le long débat tenu en son sein sur ‘‘l’évaluation du rapport entre les bénéfices et les risques de santé du Baclofène’’ », explique le quotidien. Selon la commission risques-bénéfices de l’ANSM, cette molécule est « un sujet extrêmement complexe… Il est question de dizaines de milliers de patients et de milliers de prescripteurs. De plus, la posologie peut varier de un à dix, et les effets indésirables peuvent se confondre avec ceux de la maladie [l’alcoolisme] que le produit est censé traiter ». L’ANSM recommande une durée maximale de prescription et de délivrance du Baclofène de quatre semaines.

Libération, 12/11

En Bref

Le Figaro indique que, selon l’Agence nationale de santé du médicament (ANSM), 45 spécialités de médicaments sont en rupture de stock. Mais, précise le quotidien, « dans la réalité, le nombre d’absents dans les pharmacies de ville est bien plus important ». Isabelle Adenot, présidente de l’Ordre des pharmaciens, affirme, après une expérience pilote menée dans 200 officines, que « sur le mois de septembre, nous avons comptabilisé, 539 médicaments manquants ». Et d’ajouter : « Il est évident que la mondialisation de la fabrication des médicaments y est pour beaucoup ». Le Figaro, 12/11

Marianne publie une enquête intitulée « Je suis cobaye des labos pharmaceutiques ». La revue souligne que « l’on parle rarement des 90 centres privés en France qui se spécialisent dans les essais cliniques, auxquels il faut ajouter 54 centres d’investigation clinique (CIC) implantés au sein même des hôpitaux ». Marianne, 09/11

Le Figaro explique que Bénédicte Panes-Ruedin, infirmière spécialisée en oncologie et sexologie, mène à l’université de Lausanne, en Suisse, une étude de suivi de 150 couples dont la femme a été traitée pour un cancer du sein. Le quotidien rapporte qu’« après un cancer du sein, plus de la moitié des femmes présentent des difficultés sexuelles ». Le Figaro, 12/11

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube