Synthèse de presse

13 novembre 2012

11h54 | Par INSERM (Salle de presse)

L’effet protecteur contre Alzheimer de « la réserve cognitive » 

La « réserve cognitive », « un capital cérébral, différent selon les individus », permettrait de retarder l’apparition de la maladie d’Alzheimer, explique Le Figaro. Cette notion a été développée par le Pr Yaakov Stern de l’université de Columbia. La 3e édition des Aquitaine Conférences sur les neurosciences 2012, qui a eu lieu à Arcachon du 5 au 8 novembre, a permis de se pencher sur cet effet protecteur contre la maladie d’Alzheimer. Le Pr Jean-Marc Orgogozo, chef du pôle neurosciences cliniques au CHU de Bordeaux et chercheur à l’Inserm, souligne que « par exemple, un niveau universitaire retarde l’échéance d’au moins cinq ans ». Le Pr Stern indique que non seulement le « capital intellectuel » de départ joue un rôle protecteur, mais aussi que « conserver une activité intellectuelle, même à un âge avancé, retarde la survenue de la maladie, si elle doit survenir », ajoute le quotidien. Cependant, selon le Pr Stern, « les personnes ayant les plus grandes réserves cognitives auront une maladie plus avancée au moment où s’amorcera leur déclin cognitif, [ils] mettront alors moins de temps à atteindre le point où la maladie compromettra le fonctionnement du cerveau et donc déclineront plus vite ».

Le Figaro, 13/11

En Bref

TF1 a indiqué hier dans son Journal de 13 heures que l’épidémie de grippe arrive. Les médecins appellent les personnes à risque à se faire vacciner. Thierry Blanchon, du réseau sentinelles de l’Inserm, a expliqué la situation dans le journal télévisuel. Le Quotidien du médecin souligne que le Pr Bruno Lina, président du conseil scientifique du Groupe d’expertise et d’information sur la grippe (GEIG), a communiqué la semaine dernière sur « une tendance à l’amélioration du niveau de couverture vaccinale par rapport à l’année précédente ». TF1, Le Quotidien du médecin, 12/11

Une étude de l’Université François-Rabelais de Tours révèle que les dépressifs sévères « distinguent moins bien les odeurs agréables », rapporte l’AFP. Catherine Belzung, coauteur de ces travaux souligne : « Les personnes atteintes de dépression sévère ont des difficultés à expérimenter les plaisirs. Par ailleurs, la zone du cerveau impliquée dans la sensation agréable provoquée par des odeurs présente des dysfonctionnements chez ces personnes ». Les chercheurs de l’Université de Tours ont procédé à des tests olfactifs auprès de 18 personnes hospitalisées pour un épisode de dépression sévère et ont comparé les résultats à ceux de 54 volontaires en bonne santé. Catherine Belzung indique à l’AFP que « de façon surprenante, la vanille, la cannelle ou l’amande amère étaient classées comme des odeurs déplaisantes ». L’Université de Tours prévoit également d’étudier le lien entre le goût et la dépression. AFP, 12/11

Selon des travaux, menés par les chercheurs du laboratoire Sommeil, attention et neuropsychiatrie (CNRS/université Bordeaux-Segalen) et publiés dans la revue PLoS One, « une émission continue de lumière bleue est aussi efficace que le café pour améliorer la vigilance au volant la nuit », indique Le Quotidien du médecin. 48 volontaires masculins âgés en moyenne de 33 ans ont participé à l’étude qui a consisté à conduire chacun pendant trois nuits, espacées d’au moins une semaine, 400 km sur une autoroute entre 1 heure et 5 heures du matin. Ils avaient reçu soit une exposition continue à une lumière bleue fixée sur le tableau de bord, soit bu deux tasses de café ou de café décaféiné (placebo). Le Quotidien du médecin, 13/11
Le laboratoire de biologie expérimentale du centre de recherche d’IBM à Zurich va expérimenter, à partir du printemps 2013, la technologie de sonde microfluidique dans un hôpital Suisse, rapportent Les Echos. Le principe est de « diminuer la taille des gouttes du produit utilisé dans le dosage de marqueurs tumoraux, qui servent à déterminer la nature d’un cancer et son évolution à partir d’un échantillon de tissu de quelques millimètres prélevé dans la tumeur », explique le quotidien. Les Echos, 13/11

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube