Synthèse de presse

14 mai 2013

12h01 | Par INSERM (Salle de presse)

Feu vert pour l’implantation sur l’homme du cœur artificiel de Carmat

Selon Les Echos, la société Carmat, créée en 2008 pour industrialiser le cœur artificiel totalement implantable, inventé par le chirurgien cardiaque Alain Carpentier, indique avoir obtenu l’autorisation d’implanter sur l’homme cette bioprothèse dans quatre pays : la Belgique, la Pologne, la Slovénie et l’Arabie saoudite, expliquent Les Echos. Marcello Conviti, directeur général de Carmat, souligne : « Il est important que ce projet français reçoive un fort soutien international de centres prestigieux de chirurgie cardiaque. Mais la perspective d’une première humaine française n’est pas écartée, même si nous avons obtenu des autorisations plus vite à l’étranger, car les processus réglementaires diffèrent d’un pays à l’autre ». Avant l’opération, la compatibilité anatomique du patient avec la bioprothèse cardiaque « sera vérifiée avec l’outil de simulation en 3D élaboré par Carmat », ajoute le quotidien. Dès le feu vert français, trois équipes en France interviendront à l’Hôpital européen Georges-Pompidou, au CHU de Nantes et au Centre chirurgical Marie-Lannelongue, le Comité de protection des personnes ayant déjà donné son accord.

Les Echos, 14/05

En Bref

Le Magazine de la santé, diffusé sur France 5, rend compte du projet apprenti chercheur auquel ont participé, toute l’année, des collégiens et lycéens avec douze centres de recherche de l’Inserm, l’Institut Pasteur, Curie et Cochin, le Génopole et l’Institut de biologie de Lille. L’émission interviewe des apprentis chercheurs. France 5, 13/05
Une équipe internationale (Etats-Unis, Finlande, Allemagne, Suède), dirigée par H.S. Lee, a mené une étude auprès d’enfants de la cohorte TEDDY (The Environmental Determinants of Diabetes in the Young) qui a permis d’écarter le rôle des infections virales dans le déclenchement du diabète de type 1 (insulino-dépendant, DID). Le Quotidien du médecin, 13/05
L’équipe du chercheur Sturm, dont les travaux sont publiés dans Science Translational Medicine, ont développé un « peptide synthétique marqué par fluorescence (ASY*-FITC) qui se fixe aux lésions précancéreuses (dysplasie de haut grade) et cancéreuses de l’œsophage et permet ainsi de les détecter par imagerie à l’aide d’un endoscope clinique », souligne Le Quotidien du médecin. Les résultats d’un premier essai clinique chez 25 patients suggèrent « l’innocuité et l’efficacité » de ce peptide, ajoute le journal. Le Quotidien du médecin, 13/05

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube